• 
Saint-Léger-en-Yvelines (78), le 8 août. Au XIe siècle, Robert Le Pieux fait construire l’église Saint-Jean Baptiste, lieu d’inspiration des contes de la région.

    Saint-Léger-en-Yvelines (78), le 8 août. Au XIe siècle, Robert Le Pieux fait construire l’église Saint-Jean Baptiste, lieu d’inspiration des contes de la région. | (LP/V.B.)

    Zoom

    Réagir

    Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile

    Pénétrer en forêt de Saint-Léger-en-Yvelines (78), c’est un peu franchir les portes du surnaturel. Des créatures ont hanté et hantent encore peut-être cette partie du massif forestier de Rambouillet. En tout cas, tous les ingrédients sont réunis, pour permettre aux plus imaginatifs ou aux plus crédules de rêver à un monde fantastique rempli de créatures surprenantes, fées, druides, depuis la forêt en passant par les noms de lieux-dits pour le moins évocateurs comme la butte aux fées, le trou de la féerie, le champtier de fées jusqu’à l’église de Saint-Léger. <btn_noimpr style="margin: 0px; padding: 0px;">
     
    </btn_noimpr>

    Une légende du Moyen Âge veut qu’un paysan prénommé Thibaut, portant un lourd sac de blé, croisât la route, devant les ruines d’un monastère, d’une jeune femme vêtue de blanc et richement parée. La créature s’approcha de lui, sans toucher terre. Elle lui ôta son sac, le vida entièrement, le lui rendit et lui intima l’ordre de la suivre. Tous deux firent quelques pas à travers le bois avant de s’engager dans le monastère abandonné.

    Malheur à celui qui se retourne...

    Sur un signe de la dame blanche, des portes s’ouvrirent, laissant apparaître au fond d’un couloir un fabuleux trésor. La femme prévint alors Thibaut qu’il sortirait de là, son sac rempli d’or, à la seule condition qu’il ne se retourne sous aucun prétexte…

    Ravi de l’aubaine, le paysan ramassa tout ce qu’il pouvait, lorsqu’il entendit soudain derrière lui une porte grincer puis claquer violemment. Sa peur fut si forte qu’il ne put s’empêcher de se retourner… Thibaut se retrouva à l’instant, comme par enchantement, au milieu des bois devant son tas de blé. La dame réapparut alors, ramassa le blé jusqu’au dernier grain, remit le sac sur l’épaule de Thibaut et disparut à jamais dans la nuit.

    Le pauvre paysan ne se remit jamais de cette aventure. On dit qu’il en mourut quelque temps plus tard, en proie à d’affreux cauchemars…

    Dès lors, on prétendit que dans la nuit de Noël, pendant que le prêtre lisait l’évangile, les portes de l’ancien monastère du Haut-Planet laissaient apparaître d’immenses trésors dont on pouvait s’emparer… Mais malheur à celui qui sortait des ruines après le dernier mot de l’évangile.

    Cette légende n’est pas totalement sans fondement. En 1835, lors de fouilles entreprises dans les caves du Haut-Planet, site voisin de l’église, il fut mis au jour une grande salle avec des tuiles anciennes, et à l’intérieur des pièces de  de l’époque de Charles X ainsi que des débris de poteries gallo-romaines.
     

    <btn_noimpr style="margin: 0px; padding: 0px; font-family: tahoma, arial; font-size: 15px; background-color: rgb(255, 255, 255);"></btn_noimpr>

      source Le Parisien


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires