• c'est sur la commune de  le vaud qu'il se trouve , on ne sais pas pourquoi mais il est totalement impossible de prendre une photo sous ses branches toutes fois on peut prendre une photo de lui à plus de 50 métres mais pas en dessous 

     

     

    la personne qui est venu avec moi c'est sentie mal sous ses branches mais il dégage une ambiance lourde, voici une ou deux photos que j'ai pu tout de même prendre mais on dirait que je prend la photo de la fenêtre d'une voiture en marche 

     

     

     

     

    j'ai cherché un peu et en cherchant j'ai pu rencontrer un agriculteur qui m'a rapporter que des scénes bien curieuses ont lieu sous cet arbre , des chevaliers munis de tablards avec la croix templiére viendraient sous cet arbre à la saint jean , un promeneur m'a assurer que des femmes en blanc viennent danser les nuits de solstices sous cet arbre, et une autre personne me dit y avoir vu une reunion de druide , bref 3 personnes 3 récits on peut voir dans les petits espaces de ce tronc des petits papiers que je n'ai pas lu mais c'est surement des priéres ou des souhaits , j'ai  relever une inscription que je n'ai pas pu photographier et qui se trouvait aussi sur un arbre de la forêt du temple non loin de la fontaine aux oiseaux dans l'aube , je trouve cet arbre étrange ,magnifique , tenebreux et facinant 

     

     

     

     

    toutes les photos prises sous cet arbre sont aussi magiques que lui . 

     


    8 commentaires
  •  

    Les tourbillons océaniques sont des structures mal connues, qui peuvent dépasser les 100 km de diamètre. Ils sont suspectés d'affecter le climat mondial. Des scientifiques ont développé un modèle mathématique pour les décrire, qui, surprise, rappelle le fonctionnement des trous noirs

     

    Des trous noirs océaniques existeraient sur TerreDes trous noirs découverts en plein océan Publié par Lionel Huot, le 25 septembre 2013 54 5 367Partager Les tourbillons océaniques sont des structures mal connues, qui peuvent dépasser les 100 km de diamètre. Ils sont suspectés d'affecter le climat mondial. Des scientifiques ont développé un modèle mathématique pour les décrire, qui, surprise, rappelle le fonctionnement des trous noirs. Vous aimez nos contenus ? Recevez gratuitement la meilleure news et vidéo du jour, et profitez des conseils de Consogazette pour améliorer votre pouvoir d'achat On connait l'influence du Gulf Stream et des autres grands courants océaniques sur le climat mondial. Moins connu est le rôle des tourbillons océaniques, dont certains peuvent faire jusqu'à 200 km de diamètre. Une équipe de chercheurs des universités de Zurich et de Miami s'est penchée sur ces phénomènes d'un point-de-vue mathématique, afin de mieux comprendre leur fonctionnement. Le possible impact des tourbillons océaniques sur le climat mondial n'a jamais pu être quantifié, car les limites mêmes de ces formations ne sont pas bien définies. George Haller et Francisco Beron-Vera ont ainsi développé une solution mathématique pour les connaître, et publient leur résultat dans la revue Journal of Fluid Mechanics. Leur astuce : isoler des zones où l'eau est plus cohérente en utilisant des photos satellites. À leur grande surprise, leur modèle s'est avéré être l'équivalent mathématique des trous noirs trouvés dans l'espace ! Aucune issue Les trous noirs sont des formations spatiales dont la masse est tellement gigantesque qu'ils attirent tout ce qui trouve dans leurs environs, lumière incluse. Mais lorsqu'il se trouve à une certaine distance, un rayon lumineux ne s'engouffre pas dans le puits gravitationnel, il suit une orbite circulaire autour du centre. La théorie de la relativité d'Einstein appelle ce phénomène une sphère de photons. C'est donc des structures similaires qui ont été découvertes aux abords des tourbillons. À l'intérieur, aucune particule ne peut s'échapper, elles tournent indéfiniment. Mais sur les bords, des cercles fermés exécutent des rotations sans jamais s'y engouffrer. Dans tous les cas, rien ne peut y réchapper, molécules d'eau, détritus ou plancton. Pour les chercheurs, le seul fait que des structures d'eau aussi cohérentes existent parmi ces chaotiques tourbillons est extrêmement surprenant. Puisque ces tourbillons doivent être stables et continus, les chercheurs ont cherché à vérifier la théorie sur le terrain. Ils se sont penchés sur les anneaux d'Agulhas, des tourbillons qui naissent régulièrement dans l'océan austral, à la pointe sud de l'Afrique, et transportent des eaux salées vers le nord-ouest. Ils ont identifié 7 anneaux de type "trou noir", et ont découvert qu'ils transportaient la même masse d'eau, sans la moindre fuite, pendant plus d'un an. Attention Saturne Mais les scientifiques signalent que ces vortex ne sont pas seulement inféodés à l'espace et aux océans. Beaucoup de tornades pourraient également suivre ce schéma mathématique. Il est même possible que la tempête géante de Jupiter soit elle-même un incroyable exemple de ce phénomène. Reste maintenant à identifier l'impact de ces tourbillons sur le climat. La théorie actuelle prédit qu'en se formant dans l'hémisphère Sud (et les observations indiquent qu'ils sont de plus en plus), ces phénomènes permettent de faire remonter de l'eau plus salée vers le Nord et ainsi faire fondre les calottes polaires, ce qui amplifierait le réchauffement. Les tourbillons "créent des oasis mouvantes qui ont un impact important sur la chaîne alimentaire et les changements climatiques grâce à leur transport sur de longues distances d'eau à la température et à la salinité différentes", expliquent les auteurs dans leur étude. L'utilisation du modèle mathématique développé pourrait ainsi aider les climatologues à en savoir plus sur ces mystérieux phénomènes et leur impact. (Crédit photo :  G. Haller / ETH Zurich) 



    En savoir plus: http://www.maxisciences.com/tourbillon/des-trous-noirs-decouverts-en-plein-ocean_art30874.html
    Copyright © Gentside Découvertes


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires