• Professeur de minéralogie à l'université Pierre-et-Marie-Curie, Jean-Claude Boulliard nous reçoit dans sa caverne d'Ali Baba renfermant 1 500 minéraux plus fabuleux les uns que les autres répartis dans 24 vitrines panoramiques. Les pierres sont de toutes les tailles, de toutes les formes, de toutes les couleurs. De délicats cristaux verts enchâssés au sein d'une gangue de pierre attirent notre attention. "Attention, prévient le scientifique, ils sont radioactifs !" Le minéralogiste éclate de rire devant la manifestation de notre crainte, avant de nous rassurer : "Le rayonnement est très faible, vous ne craignez rien à cette distance." 

    Ce cristal vert et radioactif est en réalité de la cuprosklodoskite extraite, d'une mine congolaise.Ce minéral a été décrit pour la première fois en 1933 par le minéralogiste belge Henri Buttgenbach, administrateur délégué à l'Union minière du Haut Katanga. Extrait de la mine d'uranium de Musonoi (République démocratique du Congo), ce spécimen - l'un des plus beaux au monde - appartenait un collectionneur belge qui n'a accepté de s'en séparer qu'après plusieurs années de négociation. Le nom de cuprosklodowskite rend hommage à Marie Curie née Maria Salomea Sklodowska.

     

    La collection de minéraux de l'université Pierre-et-Marie-Curie (place Jussieu) est à visiter absolument. Réouverture prévue en septembre.

    REGARDEZ les incroyables trésors de l'Histoire sur la cuprosklodowskite :

     

    <figure style="margin: 0px; padding: 0px; vertical-align: top;"></figure>

     

     

    <figure style="margin: 0px; padding: 0px; vertical-align: top;"></figure>

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires