• adn angélique

     L'ADN et les Noms Divins

    Recherche originale sur notre « Code Dieu » génétique

    Selon les Clés d’Enoch®

     

    L'Avenir de la Compréhension Scientifique

    et Populaire du Sacré

     

     

     

    adnbxp28397.jpgLa relation existant entre l’ADN et le Nom Divin (YHVH ou YHWH) a été reconnue et confirmée il y a déjà plus de 30 ans par des chercheurs en médecine utilisant les informations contenues dans Le Livre de la Connaissance : Les Clés d’Enoch®

    Les noms Divins sont généralement reconnus comme les Noms de Dieu de la Bible et d’autres textes sacrés ayant été utilisés durant des siècles par des penseurs prophètes qui ont fait avancer, porter en avant, un chemin supérieur au service d’un monde généralement profane.

     

     

    Selon les enseignements bibliques et cabalistiques, la structure du corps humain provient de la vibration de la Parole Divine.

    Le Livre de la Connaissance : Les Clés d’Enoch® (1973, 1975, 1977,) expliquent la parfaite corrélation entre les lettres du Nom Divin et les lettres chimiques (A T C G U).

    Le nom Divin est la véritable clé derrière le code de transcription de chaque lettre chimique à l’origine du développement du corps humain.

    En 1973, alors qu’il travaillait à l’université de Californie, le Dr HURTAK en est arrivé à la compréhension qu’il existe un lien entre une série d’aspects linguistiques et génétiques lesquels sont en rapport avec la façon d’écrire le Nom Divin dans la bible hébraïque (YHVH ou HYWH).

    Voir : L'ADN communique avec l'Univers

     

     

    A partir de ce Nom Divin images6.jpg, il conçut un code génétique source composé de séries de 3 lettres incluant également les codes de « début » et de « fin » de séquence, inhérente à chaque séquence d’acides aminés et d’acides nucléiques.

    Cette étude fut présentée par le Dr JJ. Hurtak en juin 1973  devant les membres de l’Académie de Parapsychologie et de Médecine  et rendue publique dans son ouvrage : Le Livre de la Connaissance : Les Clés d’Enoch®.  Depuis, ce livre a été traduit en 10 langues et représente la Matrice reliant le langage et la génétique dans l’usage du nom divin YHWH.

     

    Concernant la combinaison des codes de l’ADN, qui fabriquent les très complexes acides aminés, la clé 202  - du Livre de la Connaissance : Les Clés d’Enoch®- décrit le code de l’ADN dans une série de matrices mathématiques. La première, et la plus importance grille, est constituée de la permutation du Tétragrammaton c'est à dire, des 4 lettres hébraïques qui veulent dire Yahweh (Yod-He-Wod-He ou Yod-He-Vav-He).

    Cette matrice est appelée « Mot – Esprit » Ce tableau « Mot-ESPRIT » est constitué de groupes de 3 lettres issus du Nom de Dieu qui, dans leurs diverses combinaisons, emplissent les 64 cellules du tableau (ou matrice).

    Bien que le Nom Divin soit formé de 4 lettres, en fait ce ne sont que 3 lettres (YHW ou V) qui sont utilisées (parce que le He se répète), tout comme l’Adn et l’Arn qui contiennent 4 lettres de nucléotides mais qui sont lues 3 par 3 pour déchiffrer un codon qui code un acide aminé de notre corps (Adénine, Guanine, Uracile/Thymine et Cytosine). Le Nom de Dieu ne doit pas être considéré comme statique, aussi peu d’ailleurs que ne le sont les séquences de l’Adn, car il peut être réordonné pour de nouvelles fonctions ( V-H-Y, H-Y-V, H-H-V etc ).

     

    Dans les écritures de Jean 1 :1 il est dit « au début était le VERBE » et «  le Verbe était avec Dieu » et « le verbe est Dieu » citant ainsi un acte créatif à travers la Parole qui entre dans la Création à partir du code Divin YOD HE VAV HE.

     

    Après la première tablette « Mot-Esprit », la séquence continue avec la construction de la tablette matrice pour les nucléotides de l’ADN qui a leur tour codifient la séquence des acides aminés tandis que les autres tableaux révèlent en plus des séquences de vibrations mathématiques et sonores.

     Cela a pris plusieurs décennies pour que la recherche maîtrise l’extrême complexité  du mécanisme de codage de l’ADN humain. Les chercheurs qui sont en contact et en échanges avec l’Académie des Sciences du Futur ont voulu occulter, au début des années 1970,  le fait qu’il existe, sur le plan de la structure génétique, un véritable code qui co-évolue avec un plan supérieur de vie. Ceci est en contradiction avec la théorie inhérente du chaos du monde physique et montre des niveaux de symétrie et d’équilibre d’une réalité plus élevée, non dominée par cette théorie du chaos.

     

    Plus simplement, il existe un procédé triple ou trinitaire imprimant, pour les 20 acides aminés de base, les instructions génétiques des séquences des acides aminés et qui est gouverné par l’interaction des 3 lettres du Nom de Dieu – YHV-.

     

     

    Nous devons comprendre d’une part que le Code Génétique humain est une ‘tablette unique d’instructions’ incorporée qui explique comment le génome humain, à partir d’un vaste programme d’instructions, génère l’évolution du corps humain.

    Cet aspect du génome est confirmé par la recherche et les découvertes scientifiques. D’autre part, avançons à présent d’un pas de plus et comprenons que dans les Enseignements mystiques des Saintes Ecritures (le codex textus receptus en Occident) le livre d’instructions de vie du corps humain, sous forme de molécules ATP (transporteur universel d’énergie), est soutenu par la Parole de Dieu tel un alphabet d’instructions biophysiques donnant les composants de vie du vêtement biologique que revêt chaque humain tel un ordinateur biologique.

     

    Le Livre de la Connaissance : Les Clés d’Enoch® part du principe qu’il existe un modèle génétique pré existant de l’ADN en provenance « d’en haut » qui se reflète « en bas » dans l’organisation de la matière dispendieuse de vie établissant ainsi un homomorphisme. (Homomorphisme = qui est similaire par la forme). Le code Divin des lettres  opère en une sorte de mécanisme de mise à feu pour la codification et la recodification et démontre ainsi la dépendance subtile de toutes vies par rapport aux conditions d’entrée du langage vibratoire existant sur un autre plan de réalité paraphysique.

     

     


    En résumé, on peut observer la relation existant entre le code linguistique du Nom Divin et les composants cellulaires de la structure humaine dans le sens d’une onde de forme d’ADN d’une certaine fréquence vibratoire laquelle compose l’ordinateur biologique humain par les 64 combinaisons d’une matrice complexe.

    Le Code Divin est un mécanisme de codification qui est communiqué à travers des bandes de champs de micro-signaux dans lesquelles les vibrations forment la « matière génétique » à l’intérieur des cellules comme un schéma de flux d’énergie divine. Le corps apparaît comme une onde lumineuse biologique opérant à travers un langage d’ondes de lumière biochimique permettant de déchiffrer des milliards d’instructions par seconde.

    L’identité de chaque être repose au cœur de ce labyrinthe de lettres chimiques. Le génome complet peut être assimilé au mécanisme de l’Ame de vie.  Dès lors nous ne pouvons sortir de l’inconscient et comprendre les instructions du Code Supérieur que si nous suivons le fil de la vie à travers les lettres du Nom et un être qui a perdu ce fil est égaré dans le labyrinthe du corps et de l’esprit.

    Un tel être est littéralement « impotent » car il construit sa tour dans le ciel avec la promiscuité du mental ne recherchant que les briques et les particules de son corps et non pas la source des biotransducteurs. Tous les secrets qui comportent le « ciment » reliant les briques sont oubliés ou même rejetés par l’arrogance de l’intellect.

     

    A l’Académie, nous avons utilisé des noms divins spécifiques, composés linguistiquement pour produire des états de créativité supérieurs parmi lesquels il y a notamment le nom divin du Père (YHWH) et ses permutations.

    Plus précisément, nous avons pu constater que des réactions sont déclenchées créant de l’énergie lorsqu’un nom est chanté ou prononcé comme un mantra, associé à l’énergie de la musique, le flux énergétique de chaque individu peut croître.

    A travers des systèmes de biofeedback, on a pu observer que la santé d’un organisme d’une personne dépendait des enzymes correctement formés et suffisamment concentrés lesquels reposent à leur tour sur l’intégrité de l’ADN et de l’ARN se trouvant à l’intérieur des nucléides de nos cellules.

     

    La résonance musicale n’a pas seulement une répercussion sur notre moral. En effet, la recherche a démontré que de soumettre un corps à différentes fréquences engendre la production d’agents anti-infectieux mais aussi que certains sons ou fréquences spécifiques peuvent même détruire directement les bactéries pathogènes qui tentent de coloniser le corps.

     

    En plus de l’aspect des vibrations sonores, il s’agit, lors de l’utilisation de noms divins de faire preuve de sagesse et de compréhension pour la profondeur de chacun des Noms et de chacune des Lettres car la tentation d’utilisation de ces noms à des fins de pouvoir ou de gains matériels existe alors que c’est d’éloge au Dieu vivant dont il est question.

    C’est pourquoi il est interdit d’utiliser les noms divins pour obtenir des gains financiers ou des biens matériels et la faculté d’être au service de ces noms par une conscience supérieure devrait primer. Ils ne doivent pas non plus être utilisés à des fins oisives ou être utilisés à des fins individuelles.

    Et plus important encore, ils ne sont qu’une toute petite partie d’une démarche holistique de recherche de sagesse qui inclue la prière, l’étude, la méditation, l’apprentissage et la sagesse d’un changement de vie.

     

    Les Noms Divins ont été utilisés consciencieusement et prudemment par les prêtres, les rabbins, les mystiques et les enseignants religieux pour rendre service à la condition humaine sans pour autant en retirer des bénéfices personnels pour ce travail fait au service et à la Gloire de Dieu.  

     

    Chaque Nom Divin illustre une forme de force ou d’attribut de Dieu. Par exemple les mots ABBA (Père) YAHWEH (Dieu d’Israel) et EL ELYON (Dieu tout Puissant) sont de nature totalement différente et pourtant ils désignent le même DIEU. Je crois que les différences de Noms et de Nature de Dieu constituent la cause la plus importante expliquant l’existence des principales religions comme la religion  juive ou chrétienne.

    Ces divers Noms/types d’êtres sont aussi la raison des autres dénominations comme Hindouistes, Bouddhiste, Catholique, Baptiste, Méthodiste, Juif Orthodoxe ou Musulman. Chaque groupe a ainsi formé son système de croyances religieuses (ETHOS) sur la base du concept correspondant à un ou plusieurs Noms Divins/Natures divines. Nous pensons que c’est une des raisons majeures pour lesquelles nous autres êtres humains ne réussissons pas à nous entendre et nous espérons qu’avec l’utilisation massive de ces noms divins et leur résonnance cachée il y aura bientôt une amélioration.

    En bref, l’intention cachée derrière les Noms Divins est celle d’une lettre d’amour, contenant les instructions et l’invitation à faire le bien car elle est inscrite, cellule par cellule, dans notre structure humaine qui nous permettra dans le futur de retourner vers la lumière en tant que communauté œcuménique.

     

    Nous apprécions votre intérêt. L’Académie est une organisation à but non-lucratif et en plus de tout matériel vous désirez, nous sommes toujours heureux de recevoir des dons supplémentaires. Ce sont les dons qui ont permis à notre travail de faire le tour du globe. Nos enseignements sont maintenant disponibles dans de nombreuses langues différentes et nos livres ont été publiés dans tous les pays importants du monde. Votre soutien est absolument nécessaire pour continuer à rendre ceci possible. Vous pouvez toujours aider, vous pouvez toujours prier - copyright©2000-2008 Tous droits réservés L’ACADEMIE DES SCIENCES DU FUTUR aux USA : P.O. Box 395, Ava, MO 65608, USA en Europe : c/o Case Postale 28, 88140 Wasserburg, Allemagne

    Voir aussi : Histoire de la mystique juive - Gershom Scholem.

     

    L’Arbre Sefirotique adamkadmonpillars.jpg

     

    La vision du Sefer Yetsira, le Zohar

     

    La première section du Livre de la Création présente les « 32 voies merveilleuses de la Sagesse » par lesquelles Dieu a créé le monde : les 22 lettres et les 10 nombres primordiaux (les sefirot).

    La première sefira est le pneuma (ruah) du Dieu. De ruah sort l’Air primordial, duquel naissent l’Eau et le Feu. Ce sont les secondes, troisièmes et quatrièmes sefirot. De l’Air Dieu créé les 22 lettres, de l’Eau le Chaos cosmique, et du Feu le Trône de la gloire et les hiérarchies des anges. Les 6 dernières sefirot représentent les 6 directions de l’espace.

    Le Zohar comporte une étude importante de l’arbre sefirotique.

    Les 10 sephiroth sont les 10 degrés du monde intérieur à travers lequel Dieu descend de sa retraite la plus intime jusqu’à sa révélation dans la Chekhina. Elles sont les parures de la Divinité, mais aussi les rayons de lumière qu’elle envoie.

    Le monde des sephiroth est aussi le monde caché du langage, le monde des noms divins. Le développement de la vie en Dieu peut être exprimé comme le déroulement des éléments du discours.

                     

    Les dix sefirot

     

    La lumière de l’en sof traverse les 10 sefirot, dans lesquelles elle se déploie et se diffracte sous des aspects différents. Toutes les forces de l’univers dérivent de ces éléments.

    Le mot sefira recouvre différentes choses selon les auteurs. Elles sont comme un alphabet de 10 éléments ou de 10 forces qui se conjuguent entre elles.

    Chaque sefira est à la fois féminine, en ce qu’elle reçoit la lumière, et masculine, en ce qu’elle la redonne. La lumière atteint la première sefira qui, une fois remplie, transmet la lumière en surplus à la sefira suivante. Quand la sefira reçoit mais ne transmet plus son surplus de lumière, elle explose, c’est la « brisure des vases ».

    Le segol est un triangle formé, dans l’arbre séfirotique, de 2 sefirot des colonnes extérieures situées à la même hauteur et de la sefira centrale inférieur

     

    Les chevaux de feu - L’alphabet - Les écritures

     

    L’alphabet hébraïque possède 3 formes essentielles : les kabbalistes jouent à la fois sur la forme, la signification et la valeur numérique.

    La première écriture, en importance et en usage, est celle que nous connaissons aujourd’hui. C’est l’« écriture assyrienne ».

    La seconde écriture est l’écriture cursive, utilisée pour écrire rapidement à la main et pour les textes non liturgiques.

    La plus ancienne écriture est le protosinaïque. Cet alphabet dérive des hiéroglyphes égyptiens. Il est constitué de pictogrammes qui ont valeur de consonne.

    C’est de cet alphabet qu’ont dérivées de nombreuses écritures : cananéenne et phénicienne, araméenne, hébraïque, …

     

    Les lettres

     

    L’énergie du divin transite jusqu’au monde d’en bas à travers les lettres de l’alphabet et le texte de la Tora. La langue hébraïque est la « langue sainte ».

    Le monde ne préexistait pas au langage, mais il se forme en lui et par lui. La matière du monde repose sur la structure de l’alphabet hébraïque.

    Lors du passage du néant absolu à l’être, la matière pris naissance sous la forme d’un point de matière insécable et infinitésimal. Par un jeu de forces équilibrées, il resta immobile. Puis un déséquilibre dans ces forces le fit bouger pour former une droite. Puis le point bougea dans une autre direction, formant le plan.

    On retrouve ici les trois formes géométriques primordiales qui sont à l’origine de l’alphabet hébraïque. Toutes les lettres sont constituées d’une combinaison de ces trois éléments, qui se retrouvent purs dansdalèt (plan), vav (droite) et yod (point).

    La métaphore du feu est omniprésente dans les textes de la kabbale, notamment pour parler du texte et de ses différents composants. Les lettres ont accueillit la lumière du rayon lors du second tsimtsoum. Elles sont les « chevaux de feu », les mots sont les « chariots de feu ».

    Aleph, la « première lettre construite », se compose des trois éléments.

    Aleph est une lettre qui se voit mais c’est la seule lettre qui ne se prononce pas du tout. Elle est silence. C’est le plus haut degré de la clarté qu’aucun mot ne peut venir exprimer ni explorer. C’est également le symbole de l’énergie.

    On retrouve la théorie des écorces dans les lettres. La lumière d’aleph étant trop forte, elle vient s’habiller dans une autre écorce : la deuxième lettre bèt. Et ainsi de suite jusqu’à la dernière, tav, qui en contient 21, et pour laquelle la lumière est très faiblement perceptible à cause des trop nombreux écrans. La valeur numérique pourrait être vu comme le nombre de qlipot protégeant la lumière qui se trouve dans la lettre.

    Introduire des silences, des espaces dans un texte, le remodeler par circoncision textuelle, transforme le lecteur en créateur. Cette idée du vide signifiant se retrouve dans les pensées chinoise et japonaise.

    Ainsi il existe 4 livres :

    • La « Tora de Dieu » est un texte où il n’y a que des lettres, un seul grand mot sans coupure ni ponctuation, sans possibilité de perception sémantique. Ce texte est vu comme l’ensemble des noms de Dieu.
    • La Tora de Moïse est le texte généralement connu, constitué des mots que Moïse a produits par l’introduction de coupures.
    • La Tora des hommes consiste à produire de nouveaux mots et de nouveaux sens à partir du précédent.
    • La Tora du Messie est le texte que nous lirons quand nous serons capable de lire les lettres blanches entre les lettres noires.

    Source : http://www.systerofnight.net/

     

     

     

    ARBRE DES SEPHIROTH et ADN

     

    Dieu a fait l'homme a son image”

     

     

     

    •  L'Arbre de Vie et la Fleur de Vie
    • • La Tetractys de Pythagore
    • • La Lumière et ses émanations
    • • L'Homme Dieu
    • • Les 10 Sephiroths & les 22 sentiers
    • • L'ADN et les 22 paires de chromosomes - ADN
    •  La Roue de Fortune et Le Pendu
    • • L'Homme et l'arbre
    • • La graine et le fruit de vie

    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌

    ☉ L'Arbre de Vie et le Fleur de Vie
    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌
    “Parce que la vie circule en lui depuis les extrémités des racines enfoncées sous la terre jusqu’à l’extrémité des branches qui s’élancent très haut dans le ciel,l’arbre est sans doute la meilleure représentation de l’unité de la création.

    Mais cette unité, les Initiés l’ont aussi exprimée par le symbole du serpent qui se mord la queue. La tête correspond au monde de l’esprit, et la queue au monde de la matière. Esprit et matière sont les deux aspects de Dieu qui se manifeste et agit dans toute sa création.

    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌

     La Tetractys de Phytagore
    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌
    L'Univers considéré comme un grand Tout animé, composé d'intelligence, d'âme et de corps, était appelé Panou Phanès. L'homme ou le microcosme était composé de même, mais d'une manière inverse, de corps, d'âme et d'intelligence ; et chacune de ces trois parties était à son tour envisagée sous trois modifications, en sorte que le ternaire, régnant dans le tout, régnait également dans la moindre de ses subdivisions. Chaque ternaire, depuis celui qui embrassait l'immensité jusqu'à celui qui constituait le plus faible individu, était, selon Pythagore, compris dans une unité absolue ou relative et formait ainsi le quaternaire ou la tétrade sacrée, ou Tetractys des pythagoriciens. Ce quaternaire était universel ou particulier.

    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌

     La lumière et ses émanations dans la Kabbale
    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌

    Dans la kabbale juive, le nom de Dieu s'écrit avec quatre lettres : Iod Hé Va Hé. Il est également expliqué qu'entre la Lumière Sans Fin, Ain Soph et la Terre, Malkhut il y a quatre mondes : le monde des émanations, celui de la création, celui de la formation, et enfin celui de l'action. 4 lettres que l'on peut repésenter sous forme d'un triangle :

    Iod
    Iod Hé

    Iod Hé Vav
    Iod Hé Vav Hé

    “Les quatre lettres du nom de Dieu : Iod He Vav He peuvent être interprétées comme ces quatre aspects de la Divinité que sont la couleur, le son, la forme et le mouvement. On y découvrira également les quatre parties fondamentales de la Science initiatique que sont la Kabbale, l’astrologie, la magie et l’alchimie, et qui sont représentées dans l’être humain par la tête (la Kabbale), les poumons(l’astrologie), l’estomac (l’alchimie), les mains et le sexe (la magie).”

    Si l'on remplace chaque lettre par sa valeur numérique, on obtient :

    10
    10 5

    10 5 6
    10 5 6 5

    26

    Et si l'on additionne tous les chiffres : 40 + 15 + 12 + 5, on obtient 72.

    Les cabbalistes chrétiens, ont remplacé ces Noms par des anges.
    72 anges
     répartis en sept planètes.

    Nous retrouvosn aussi les 72 génies planétaires, eux repartis en quatre, suivants les 4 éléments : les elfes, les ondines, les gnomes et les salamandres.

    Chaque génie opère selon une période donné de l'année. Celle-ci représentée par un cercle et divisée en 360 degrés, donne 5 degrés, soit à peu près 5 jours.

    La Kabbale est une doctrine mystérieuse, difficile et même dangereuse pour tous ceux qui ne sont pas de taille à l’aborder. La preuve en est cette anecdote rapportée par la tradition juive. Quatre rabbins s’étaient réunis avec l’intention d’étudier la Kabbale ; après quelque temps, le premier y renonça, le deuxième devint fou, le troisième se suicida, seul le quatrième poursuivit son étude et en reçut de grandes bénédictions. Il vaut donc la peine de réfléchir avant de s’aventurer dans cette science sacrée qu’est la Kabbale.

    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌

     L'Homme Dieu
    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌
    “Il faut étudier la nature d'après la constitution de l'homme et non l'homme d'après la nature.” En effet, d'après l'analogie et sa loi fondamentale, l'homme, la nature et Dieu sont analogues (mais non semblables), et les principes de l'un se retrouvent analogiquement dans l'autre, ce qui a fait dire que l'homme était un petit monde ou mieux un monde en petit (Microcosme) et que la nature était un grand monde ou un homme en grand et que tous deux reproduisaient la loi de la constitution divine : “Dieu a fait l'homme à son image.” Voilà l'analogie formulée dans la Bible, et voilà le point de départ de toutes les analogies entre le Créateur et la Créature, sans que jamais l'on puisse confondre l'un avec l'autre.

    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌

    ☉ Les 10 Sephiroths et les 22 sentiers
    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌
    Le mot « kabbale » (Qabalah en hébreu) signifie « réception » et donc par extension « tradition ». Le Kabbaliste est donc celui qui a recu (Qibel) la tradition. Selon la kabbale, les nombres, en hébreu Séphiroth (pluriel de Séphirah), révèlent les mystères de la création, en expliquant comment la multiplicité découle de l'unité.

    La Lumière est l’un des mots les plus importants de la kabbale. C’est la plus haute métaphore de l’infini et du divin. Toutes les lumières émanent de l’infini. La kabbale, c’est la réception de cette lumière de l’infini. « Lumière, « vibration » et « énergie » sont les 3 mots clefs de la kabbale pratique.

    L’énergie, depuis sa source, se propage dans l’ensemble de l’univers à travers un modèle de 10 « transformateurs d’énergie » appelé Sephiroth.

    Expérimenter la Multidimensionnalité de votre Être coeurlumineux.gif  Méditation Séphirotique cabale1.gif

     La Méditation sur les Séphiroth codifiée par Rabbi Moïse Cordovero dans “le 10e portique” de son livre Pardès Rimonim : ” Le thème des couleurs constitue une parabole adéquate aux opérations et aux contenus qui procèdent des Séphiroth…Car à partir des couleurs qui apparaissent aux yeux ou qui sont représentées dans l'intellect attaché au corps, le plan spirituel est ébranlé. Et l'âme inférieure éveille l'esprit, l'esprit ébranle l'âme supérieure, et l'âme supérieure se hisse d'existence en existence jusqu'à ce qu'elle s'élève à l'endroit dont elle se nourrit, et qu'elle provoque selon la réalité, sa représentation… “.

    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌

     L'ADN et les 22 paires de chromosomes
    ╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌╌


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Azurite7
    Samedi 22 Mai 2010 à 14:21
    Bonjour très chère Cieletenfer,
    Magnifique tout ces textes,ton savoir si grandiose me dit que tu es un Etre très avancée...Encore mes sincères félicitations ainsi que mes remerciements,car partager toute cette Connaissance avec les internautes et Amis,tient du Céleste.
    Avec mes Amitiés et à bientôt très chère Amie. Azurite7.
    2
    cieletenfer Profil de cieletenfer
    Samedi 22 Mai 2010 à 18:33
    merci azurite je vais encore rougir
    3
    archives
    Dimanche 6 Juin 2010 à 13:48
    Bonjour
    C'est vraiment passionnant !
    4
    cieletenfer Profil de cieletenfer
    Dimanche 6 Juin 2010 à 18:12
    mille mercis
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :