•  une histoire à faire mal au crâne 

     

     Une étrange momie et des crânes mystérieux

    Assez fréquemment d’étranges squelettes et momies sont mis au jour dans le monde. C’est le cas pour cette momie exposée au Museum d’Histoire Naturelle d’Uberaba au Brésil.
    Les crânes déformés, et notamment allongés, restent un mystère quant à leur signification symbolique.

     

     Description de la momie d’Uberaba

    Les administrateurs du Musée ne connaissent pas la provenance de cette momie. Cette dernière dormait depuis longtemps dans les caves du musée.
    Ils pensent que le squelette aurait été ramené d’Egypte.

    Comme vous pouvez le voir sur les photos, le squelette présente une tête particulièrement difforme.
    Le crâne fait environ deux fois le volume d’un crâne humain normal. Il est d’ailleurs totalement disproportionné par rapport au reste du corps.

    Momie

    © Planeta.terra.com

    De plus, les pieds possèdent six doigts.

    © Planeta.terra.com

    Face au peu d’éléments dont nous disposons, nous ne pouvons faire que des hypothèses sur « l’identité » de cet être.

     Hypothèses sur la momie

    Bien sûr, face à ce squelette plutôt déconcertant, certains ont immédiatement pensé à un extraterrestre.

    Personnellement, je pencherais plutôt pour un cas d’enfant atteint d’hydrocéphalie.

    © Planeta.terra.com

    Cette pathologie se caractérise par un épanchement de liquide céphalo-rachidien dans les ventricules cérébraux (ce sont des cavités situées dans le cerveau), qui se dilatent. La pression intra-crânienne augmente, ce qui fait que les sutures encore membraneuses s'élargissent, entraînant un retard et un trouble de l'ossification.

    Le fait que des squelettes, présentant ce type de malformation, aient été découverts dans le monde entier plaide en faveur d’une maladie du type de l’hydrocéphalie.

    Cette terrible maladie est toujours d’actualité et des enfants, de nos jours, naissent avec ce genre de malformation. L'hydrocéphalie touche environ 1 à 4 enfants sur 1000.

     Des crânes en forme de cône

    Là encore, à travers le monde entier, les archéologues retrouvent assez fréquemment des crânes en forme d’œufs.
    Vous pouvez en voir certains, retrouvés dans le Caucase, au musée d’études régionales de Piatigorsk.

    Crane deformé

    Le crâne remonte au III ou IVe siècle de notre ère. © Musée d’études régionales de Piatigorsk

    Ces crânes, du moins pour la plupart, ont été déformés volontairement. Des cordes ou des tissus étaient noués autour de la tête des enfants dès leur plus jeune âge.
    Les déformations crâniennes artificielles sont bien connues des scientifiques. Divers procédés ont été mis au point : planchettes, liens ou encore des berceaux.

    Crâne avec une déformation de type toulousaine

    En Amérique du sud, les déformations étaient le plus souvent provoquées par des berceaux transformés en appareil déformant ou des planchettes.
    Sur le continent eurasiatique, on utilisait surtout des liens.

    Des crânes déformés ont été retrouvés également en Europe, notamment en Norvège et en France.
    On ne sait pas exactement pourquoi certaines populations ont utilisé cette méthode de déformation.

    Les crânes allongés présentent souvent un petit trou au sommet. Les bords de l’orifice sont lisses ce qui laissent penser que le trou n’est pas naturel.
    La signification de cet orifice reste un mystère. Peut-être s’agissait-il d’un rituel ?

    La mode des crânes allongés remonte à au moins 20 000 ans. Les Egyptiens semblaient également influencés par cette mode.
    Les pharaons sont souvent représentés avec des crânes volontairement déformés.

    La religion n’est certainement pas étrangère à cette mode.

    Statuette d'une fille d'Akhénaton. © Daubert

    Le point le plus étrange dans ce dossier n’est pas tant la déformation des crânes mais plutôt que cette mode se soit propagée sur l’ensemble de la planète.
    Doit-on considérer toutes ces pratiques similaires comme une simple coïncidence ? Doit-on y voir un mimétisme, la volonté de vouloir ressembler à un modèle considéré comme étant d’essence supérieure ?
    Et si oui, ce modèle n’est-il que pure abstraction ou s’identifie t-il à un être auquel l’homme souhaitait ressembler ?

    Autant de questions qui restent à ce jour sans réponse.

     Les crânes de Robert Connolly

    Des crânes plutôt étranges ont été rapportés par Robert Connolly lors de différentes expéditions en Amérique du Sud et au Mexique.
    Il a publié les photographies sur un CD-Rom intitulé « The search for ancient wisdom » en 1995.

    Ces photos ont également été diffusées sur le site de CompuServe.

    Crane de Connolly

    © Robert Connolly

    Je ne m’aventurais pas à faire la moindre hypothèse dans la mesure où les données recueillies sur ces crânes sont très incomplètes.
    Aucune datation précise n’a par exemple été fournie. De plus, à ma connaissance, aucune étude vraiment sérieuse n’a été entreprise par d’autres scientifiques, à part bien sûr Robert Connolly.

    De ce fait, je me contenterais de vous présenter une synthèse des théories du découvreur des crânes.

    D’après Robert Connolly, il y a quatre groupes différents auxquels il a donné des noms :

    • La tête en forme de cône
    • La citrouille découpée comme un visage
    • J
    • M

    D’après lui, la tête en forme de cône ne se rapporte pas à un cas de tête bandée artificiellement. En effet, la capacité cérébrale de ces crânes serait différente de celle d’un homme normal. Tous les crânes appartiendraient donc à des espèces différentes de celle du genre Homo.

    Crane de Connolly

    © Robert Connolly

    Le type « J » présente des orbites oculaires environ 15% plus grandes que celle d’un homme normal.
    La voûte crânienne est énorme. R.Connolly estime que la capacité cérébrale se situait entre 2600 et 3200 cm3.

    Crane de Connolly

    © Robert Connolly

    Notre capacité cérébrale est actuellement de 1100 cm3.
    Là encore, l’âge de ce crâne n’est pas connu et aucun autre spécimen du même type ne semble avoir été retrouvé.
    Cela ne plaide pas en faveur d’une espèce spécifique mais plutôt d’une déformation propre à un individu.

    Le type « M » est lui un crâne incomplet qui présente une voûte crânienne particulièrement grande.
    Les deux lobes globuleux sont également totalement disproportionnés.

    R.Connolly dénonce la théorie des déformations ou des cas pathologiques.

    Cependant, en l’absence de plus de précisions et d’autres découvertes, il est difficile d’adhérer pleinement à sa théorie d’espèces distinctes et totalement différentes de celles du genre Homo.

     crane7.jpg


    4 commentaires
  •  

    Le Popoke


    Hoplophoneus mentalis

    Le Popoke serait une sorte de tigre d'eau et il serait responsable de la mort d'un garçon de 7 ans qui se baignait à Maripasoula le 21 octobre 1962 au débarcadère.

    Des gendarmes présents sur les lieux repêchèrent après trois heures de recherches le corps du garçon partiellement dévoré. Les traces de morsures ne correspondaient à aucun animal connu. René Ricate, ancien préfet de Guyane à cette époque a enquêté sur l'affaire et à lu le certificat de décès fait par le docteur Lamonerie et cite un rapport de gendarmerie qui en témoigne dans son livre ''De l'île du Diable aux Tumuc Humac''. Il a relevé plusieurs témoignages de témoins qui ont vu des Popoke.

    Il serait présent sur le Maroni, l'Aprouague, l'Oyapock et dans de nombreux fleuves Sud-Américains. Il serait apparenté au « IEMISCH », autre animal inconnu et similaire qui hante les cours d'eau de Patagonie. Il lui arriverait même d'attaquer les canots et serait responsable de nombreuses morts violentes, les témoignages de son existence sont légions, certains pensent qu'il s'agirait d'une loutre géante. 

     

     

     http://aventuresenguyane.com/dossiers/dossier_41_le+popoke+maipolina+mamadilo.html


    6 commentaires
  •  ASTRONOMIE : Science universelle qui étudie la position , les mouvements et la constitution des corps célestes. 

    ASTROLOGIE : Art divinatoire basé sur des croyances et des règles souvent très différentes suivant les continents et cherchant à déterminer l'influence des astres sur le cours des événements terrestres. 

    _______________________________________





    En observant, de nuit, pendant quelques heures, un ciel sans nuage et sans Lune (pour ne pas être gêné par sa lumière), on peut se rendre compte, avec un peu de patience, que les étoiles bougent dans le ciel. Mais pas n’importe comment : les étoiles restent parfaitement immobiles les unes par rapport aux autres. C'est l’ensemble de la voûte étoilée qui tourne, pour les habitants de l'hémisphère Nord, autour d’une étoile particulière : l’étoile polaire. 


    Cette photo a été prise avec un temps de pause assez long pour permettre de visualiser la course des étoiles. L'étoile polaire y apparait comme un point assez lumineux au centre des arcs de cercle lumineux laissés par les autres étoiles durant la lente rotation de la voûte étoilée.  


    Pendant ce spectacle nocturne, l’observateur, sagement assis par terre, n’a pas du tout la sensation de se déplacer. Il lui semble évident qu’il est parfaitement immobile sur un sol qui, lui aussi, ne semble pas bouger. 
    Ces observations ont amené les savants de l’antiquité à penser que la Terre est immobile au centre de l’univers et qu’il existe, au-delà des quelques planètes alors connues, une voûte sphérique percée de multiples trous (les étoiles) qui tourne autour de la Terre. 
    Parallèlement, on a associé les étoiles les plus lumineuses de cette voûte en petits groupes d’étoiles formant une image que l’on devinait observer dans le ciel. 




    On a ainsi obtenu plusieurs dizaines de ces figures dans le ciel, que l’on nomme constellations. L’Union Astronomique Internationale (U.A.I.) a défini, en 1930, les 88 constellations « officielles » de la voûte céleste contenues dans les deux hémisphères. Ces constellations sont encore utilisées de nos jours en astronomie puisqu’elles permettent de cartographier le ciel pour en faciliter l'observation. 
    En réalité, les étoiles d’une même constellation n’ont absolument rien à voir les unes avec les autres et sont, la plupart de temps, plus distantes entre elles qu'elles ne le sont des étoiles des constellations voisines. 


      Les étoiles projetant vers la Terre l'image d'une casserole (la grande ourse) sont en réalité à des distances considérablement différentes de la Terre. Une étoile d'une constellation donnée peut être des centaines de fois plus proches d'une étoile d'une constellation différente que de celles de sa propre constellation. 
    Une constellation n'est donc en réalité qu'une image et n'a en cela rien de concret.




    Les astronomes de l’antiquité, convaincus de l’existence de cette voûte trouée, et s’imaginant le Soleil tournant autour de la Terre (géocentrisme) ont aussi remarqué que le Soleil se trouve chaque année, à la même époque, en avant plan de la même constellation. Ils comptèrent ainsi une douzaine de constellations que le Soleil semble traverser dans sa ronde autour de la Terre durant une année. 
    En réalité, comme Copernic l’avait pressenti il y a de cela près d'un demi millénaire, c’est la Terre qui tourne autour du Soleil et c’est la position changeante de la Terre sur son orbite qui fait bouger le Soleil par rapport aux constellations. 


      Pour un observateur terrestre, le Soleil semble se déplacer dans le ciel au fil des semaines. Ce phénomène est lié à la progression de la Terre sur son orbite.


    La même scène (durée réelle : 8 jours) vue depuis la Terre donne effectivement l'impression (fausse !) que le Soleil se déplace réellement sur la voute céleste, d'où l'erreur d'interprétation des astronomes du passé. 
    (Vidéo obtenue avec le logiciel "CELESTIA")
     



    Ces 12 constellations traversées par la course apparente du Soleil dans le ciel au cours d’une année (en réalité 13 comme nous le verrons ci-dessous) forment le zodiaque. 

    Les astrologues ont alors fait le calcul suivant : 
    Sachant qu'un cercle fait 360 degrés et qu'une année compte 365 jours environ, on peut en déduire qu'à 1 jour correspond environ 1° de décalage du Soleil sur le zodiaque. 
    Or une année compte 12 mois. 
    Et 360° / 12 = 30° 
    Du coup, on a aujourd’hui 12 constellations dans le zodiaque de 30° chacune, ce qui permet de faire correspondre à chaque mois du calendrier un signe du zodiaque… 




    Malheureusement les choses ne sont pas aussi simples : 

    - Les constellations définies par les astrologues de l'antiquité n’ont de loin pas des dimensions apparentes identiques sur la voûte céleste. La plus petite, le scorpion, est traversée par le Soleil en 7 jours environ (soit 7° environ) alors que la plus grande, la vierge, est traversée en 45 jours (soit 45° environ). 

    - Les signes du zodiaque sont actuellement au nombre de 12 (schéma ci-dessus). Or, le Soleil, dans son mouvement apparent autour de la Terre, traverse en un an... 13 constellations ! (schéma ci-dessous) Celle qui a été oubliée par les astrologues est le Serpentaire, qui a pourtant été décrite dès le IVe siècle avant notre ère. Cet oubli semble difficilement excusable vu que la constellation du serpentaire est environ trois fois plus grande que sa voisine, le scorpion... 

    Il devrait donc, par la définition même qu'en donnent les astrologues, exister 13 signes du zodiaque de durées inégales. Mais "13" n'est pas un bon nombre, et, de plus, il ne s'accorde pas aux 12 mois dans l'année. Donc, par cette seule justification, l'astrologie impose 12 signes de durées équivalentes ! 




    Il en découle une fâcheuse conséquence : bon nombre de personnes ne sont pas du signe qu'elles se supposent être. 
    Par exemple, être né scorpion, d'après la définition qu'en donne l'astrologie, signifie que, lorsqu'on naît, le Soleil se trouve en avant plan de la constellation du scorpion. Or, l'astrologie consacre officiellement une trentaine de jours à ce signe, alors que le Soleil ne reste en réalité que 7 jours devant sa constellation... 
    Et cette erreur se répète pour tous les signes de manière plus ou moins prononcée : il existe par exemple beaucoup plus de vierges que l'astrologie ne le laisse croire puisque le Soleil met 45 jours à traverser cette constellation et non 30 comme l'affirme les tables de l'astrologie. 



    Mais l'astrologie commet une erreur encore plus impressionnante : 

      La Terre tourne sur elle-même en une journée autour de son axe Nord-Sud. Ceci explique qu’une personne puisse observer les étoiles tourner dans un ciel nocturne autour de l’étoile polaire. Cette dernière apparaît alors immobile car elle se trouve dans le prolongement de cet axe de rotation.



    Cet axe Nord-Sud reste parallèle à lui-même lorsque la Terre décrit son orbite autour du Soleil.  



    Du coup, d’ 
    http://thedoc777.free.fr/pageastro.htmune année sur l’autre, le Soleil repasse par les 13 mêmes constellations à la même époque de l’année. Mais ceci n’est plus vrai sur une durée de l’ordre de 2000 ans car il se trouve que la Terre possède un autre mouvement périodique lié au fait qu’elle n’est pas parfaitement circulaire (elle est légèrement aplatie aux pôles et renflée à l’équateur) : le mouvement de précession de son axe de rotation qui fait très lentement pivoter cet axe sur une période d’environ 26 000 ans. De ce fait, l'étoile polaire n'a pas toujours été alignée sur l'axe de rotation de la Terre et ne le sera bientôt plus (dans quelques millénaires). 


      Si en 26000 ans le mouvement de précession est complet (soit 360°), en 2000 ans ce mouvement correspond à un angle de :
    ( 2000 / 26 000 ) x 360 = 28° environ.
    En arrondissant ce résultat à 30°, on remarque que cet angle correspond à la largeur d’un signe du zodiaque tel qu’ils sont définis par les astrologues (30° par signe). 
    Donc, en 2000 ans, le mouvement de précession à fait prendre au Soleil 30° de retard dans sa course apparente sur le zodiaque. 

    L’astrologie moderne ne tient pas du tout compte de ce phénomène et une personne née un 30 janvier est dite capricorne alors qu’en réalité, d’après la définition même des astrologues, cette personne est sagittaire vu que le Soleil se trouve réellement devant la constellation du sagittaire le 30 janvier.
     



    En plus de tout cela, il faut encore souligner la logique assez originale dont font preuve les astrologues dans leurs calculs et leurs interprétations : 
    Prenons l'exemple de Pluton (qui au passage n'est plus considérée depuis l'année 2006 comme une planète). L'astrologie ne tient pas compte uniquement de la position du Soleil quand elle prétend pouvoir définir le caractère et le devenir d'une personne. Elle doit aussi connaître la position des planètes du système solaire dans le zodiaque. Or, la plupart des astrologues ignorent complètement les récentes découvertes, comme celle de Pluton, en 1930, ou de Charon, son unique satellite, en 1978. Ceux qui en tiennent compte sont d'ailleurs tout autant dans l'embarras en raison de la "période" de ces planètes, c'est-à-dire du temps qu'elles mettent pour tourner autour du Soleil : celle de Pluton, par exemple, est de 248 ans. Depuis 80 années que nous connaissons cette planète, elle n'a effectué qu'un quart de sa rotation et parcouru uniquement trois signes zodiacaux. Dans ces conditions, comment les astrologues peuvent-ils prétendre connaître son influence sur tous les autres signes ? 

    Autre très mauvaises interprétations de l'astrologie : les planètes Vénus et Mars. Vue depuis la Terre, Vénus paraît blanche et pure. Elle est donc assimilée par les astrologues à la douceur, l'amour, la pureté et la féminité. Mars est, quant à elle, assimilée par les astrologues à la guerre et la mort du fait de la couleur rouge sang de sa surface chargée d'oxydes de fer. 
    Mais des apparences à la réalité, il y a parfois tout un monde : on sait aujourd'hui que Vénus est un véritable enfer avec des températures extrêmes où se mêlent inlassablement vents violents et pluies d'acides concentrés... Mars, à côté, a tout du jardin d'Eden, et a même été pressentie pour abriter la vie ! 
    L'astrologie, une fois de plus, a largement tapé à côté, démontrant comme à son habitude qu'elle n'est fondée que sur l'inculture et l'ignorance. 



    L'astrologie est fondée sur une multitude de croyances et de superstitions. Elle ne perdure que grâce à la crédulité de ceux qui la subissent. 
    C'est PTOLEMEE en 130 avant notre ère qui le premier, au gré de son humeur, prête des attributs aux différents signes du zodiaque, comme la force ou le courage. 
    Les astrologues d'aujourd'hui utilisent ces diverses croyances et prônent que : "L'astrologie n'a pas à être "prouvée" parce qu'elle n'a aucun besoin de justification extérieure pour exister" 
    De même ils estiment « qu'il est naturel de penser que la situation des astres dans le ciel influence notre tempérament physique, intellectuel et moral lesquels sont possibles de prédire. » 

    Devant de tels arguments, on ne peut adopter que deux attitudes : croire sans rien comprendre, ou chercher à comprendre et ne plus croire. 


    De nos jours, l'Astronomie et l'astrologie n'ont plus rien de commun : la séparation s'est opérée peu à peu au cours de l'histoire, au rythme de la progression des connaissances scientifiques. La rupture a été consommée en 1666 lorsque Colbert, alors ministre de Louis XIV, a définitivement exclu l'astrologie de l'Académie des Sciences. 


    2 commentaires
  •  

    pourquoi les dieux reviennent et que nous veulent t'ils au juste?

    nos mémoires nous jouent parfois des tours les dieux oubliés ne le sont pas vraiment et mon père disait "souvent une pensée trouve toujours sa réalité pour se matérialiser" dans ce monde ou nous pensons parfois être perdu nous espérons des sauveurs et nous pensons fort à eux aussi c'est à notre juste demande qu'ils viennent.

     

     

    ils seraient parmi nous , ils ne nous ont jamais quitter.

     

     

    es ce que il vous ai arrivé de rencontrer brièvement une personne incroyable que vous n'avez jamais revue  sur le quai du métro ou dans la file d'attente d'un supermarché ?

    et bien vous avez surement rencontrez un dieux ou une déesse des temps anciens, plusieurs témoignages récents vont en ce sens, une personne inconnue vous adresse la parole et en quelques minutes vous, vous demandez comment il ou elle peut avoir autant de savoir et de faculté , puis cette personne se fond dans la foule et plus jamais vous ne la reverrez , si cela vous arrive ne perdez pas un instant de ce moment car vous pourrez le raconter à vos petits enfants et a bien d'autres gens qui ont besoin de magie, mais pour le moment je vous met quelques témoignages  que j'ai récolter pour mon prochain livre:


    RENCONTRE AVEC 

      Angitia 

    était une déesse serpent. Du fait que les serpents étaient souvent associés avec les arts de la guérison dans l'ancienne mythologie romaine, On pense donc qu'Angitia était principalement une déesse de la guérison. Elle était toute particulièrement vénérée par les Marsi, un peuple du centre de l'Italie. Elle avait des pouvoirs de sorcellerie et était maîtresse dans l'art des guérisons miraculeuses et herbales, en particulier lorsqu'il s'agissait de morsures de serpents. On lui attribuait aussi une grande variété de pouvoirs sur les serpents, en y incluant le pouvoir de tuer les serpents avec un seul toucher. Beaucoup de Romains pensaient qu'elle était identifiable à Bona Dea.

    Régnant sur les mondes terrestre et psychique, les déesses, souvent représentées sous les traits de très grande beauté, ont toujours été parmi nous. Il existe un nombre impressionnant de déités féminines, pratiquement autant qu'il existe de peuples différents

    Catherine est atteinte d'une maladie de peau qui lui hante son existence, tout les matins elle prend le métro station opéra à paris pour se rendre à son travail quartier des halles, elle se cache derrière un foulard pour qu'on ne remarque pas la tache de vin qui lui recouvre la partie gauche du visage ,le soir elle passe devant les jongleurs de feux du quartier elle s'arrête parfois pour les regarder , mais ce soir là c'est la fête de la musique et il y à plein de chanteurs et musiciens, elle s'arrête devant un groupe pour les écouter, une femme avec une superbe chevelure rousse s'approche d'elle ses yeux sont d'un vert puissant et a son coup elle a plusieurs serpents vivants , Catherine recule d'un pas elle n'aime pas ces petites bêtes, mais la femme lui sourie avec gentillesse en lui disant "ils ne veulent pas vous mordre ils veulent juste vous connaitre un peu mieux faites un voeux si c'est la première fois"Catherine laissa la femme mettre un de ses amis autour de son propre cou et immédiatement la bête mis sa tête sous le foulard de Catherine qui vacillait quelques peu à l'idée que le serpent soit si proche d'elle, la femme lui dit "n'ai pas peur il fait un bisous" puis le serpent ressorti et se redirigea vers la femme rousse en sifflant et se lova autour de son cou de nouveau, la femme rousse dit à Catherine " tu as fait un très bon voeux il faut toujours penser à soit d'abords , puis elle lui sourie de nouveau en lui disant "c'est ta derniére nuit dans les tenebres " Catherine resta sur place longtemps sans voix , puis elle repris ses esprits et rentra chez elle , dans le couloir de son entrée il y à un grand portant avec un miroir ou elle accroche sa veste et ce soir là en retirant son foulard son immonde tache rouge de son visage avait disparut , depuis cette rencontre, Catherine  cherche à comprendre et savoir ce qui à bien pu se passer lors de l'accomplissement de son voeux et c'est par hasard qu'elle a trouver le nom de cette divinité ancienne , Catherine est certaine qu'il s'agit bien de cette déesse  elle ne voit pas d'autres explications à cette guérison miraculeuse .

     Image Hosted by ImageShack.us

     

    rencontre avec :

     Astrée

     

     

     

    Son nom signifie « étoile ». Puissante déesse de la justice, elle est parfois aussi nommée Astra ou Astraea. Ses propriétés ésotériques touchent tout ce qui est en relation avec la pureté et la justice. Elle apporte l'équilibre. 

     

     

    richard habite lui aussi paris il a 15 ans et c'est un petit voyou , il vole c'est son truc , ce jour là il est dans un grand magasin parisien ou il va essayer de voler , il saisie l'objet de son délit et le cache dans son blouson comme il a l'habitude de faire mais à la sortie de magasin deux hommes de la sécurité l'empoigne et le prie de les suivre , à ce moment là une dame vient se mettre en eux elle se dit être la maman de richard et que son fils n'a rien fait ( mais richard ne la connait pas mais il a peur et ne dit rien) les deux hommes de la sécurité lui disent que richard à été filmer et qu'il a quelque chose dans son blouson, la dame dit  à richard"et bien ouvre ton blouson qu'on y voit cela de plus prés " richard est tétanisé il sait qu'il vient de voler il ne bouge pas il sait plus quoi faire , la dame attrape l'adolescent et lui murmure "ouvre ton blouson et jure moi fidélité" richard ouvre son blouson de toutes façons il est coincé , et là sous les yeux stupéfaits des hommes de la sécurité il n'y a rien , richard en a les larmes aux yeux de peur car c'est encore un enfant, la dame dit aux hommes de la sécurité de les laisser partir que de toutes évidences richard est innocent, richard et la dame sorte du magasin et là elle dit à richard " tu porte le nom d'un grand roi aussi arrête de l'entacher par tes méfaits , tu m'a juré fidélité à présent tu dois vivre dans la droiture de ton nom" richard l'a regarder partir dans la foule parisienne, il l'a décrit comme une femme de grande beauté aux allures de souveraineté  il n'a jamais sus son nom mais il a compris son intervention et lui aussi il a chercher qui pouvait bien être cette inconnue et c'est au collège dans une leçon de mythologie qu'il retrouva le nom sa sauveuse d'un instant, depuis il jure par tout les dieux en avoir rencontrer une.

     

     rencontre avec Anubis

     

    Anubis 

    est le nom grec d'un dieu de la mythologie égyptienne qui se nomme Inpou ou Anepou « celui qui a la tête d'un chacal (ou un chien sauvage) » dans la langue hiéroglyphique. Associé au culte funéraire et à la protection du défund, il est représenté sous la forme d'un canidé noir (chacal ou chien sauvage) allongé ou comme un homme à tête de canidé. Il accompagnait les morts dans l’autre monde et protégeait leurs tombes.

    Anubis au père la chaise :

    bons nombres de témoins disent avoir vu Anibis sous sa forme réelle mais c'est pas vraiment surprenant au vue des nombreuses tombes aux formes pyramidales , mais je ne vais pas mettre ici ce témoignage car il est vraiment trop symbolique je le garde pour mon livre toutes fois si vous désirez le rencontrer il vous suffit de fréquenter les tombes de formes pyramidales à la tomber du jour en hiver c'est souvent à cette époque qu'on dit l'avoir vu et les gens en ont garder une grande frayeur, pensant avoir affaire à un loup garou mais le dieu leur parla et ne fit que leur donner quelques conseils de respect envers les tombes et leurs occupants  .

     


    2 commentaires
  •     Pour notre information, et spécialement à destination de ceux qui fréquentent les grottes et les sous-terrains n'importe où sur la Terre - cette précision est importante- il nous faut rassembler les informations sur un peuple qu'il est très dangereux de côtoyer, et séparé en 2 composantes : les Téros, carrément hostiles, cherchant un pouvoir excessif, et les Déros, sensés calmer les Téros en permanence.


    Ce qui suit est à ajouter à ce qui a déjà été publié sur l'île de Malte dans ce blog, à ce niveau.


     

     


     

     

    malte hypogée d' Hal Sflieni malte03

     

     

    Les Teros de l'île de Malte










    Voici la magnifique et inclassable Hypogée d'Hal Safienti; dessous vivent les Teros





    L'histoire qui suit est entièrement tirée d'un autre site (lien à la fin); c'est pourquoi les commentaires qui n'en faisaient pas partie sont données par l'auteur, et sont en bleu dans le texte.

     

    A quelques km de la ville de Valleta, à Malte, se trouve le petit village de Casal Paula. En l'an 1902, des ouvriers qui creusaient un puit tombèrent littéralement dans la terre.

    Ce qu'ils découvrirent (ou plutôt redécouvrirent) était une série d'anciennes caves, dont la plupart étaient taillées directement dans la roche, qui descendait dans la terre et sur 3 niveaux inférieurs.

    Ces catacombes sur plusieurs niveaux devinrent connus sous le nom de "l'hypogeum de Hal Saflieni", nom de la rue sous laquelle ils les découvrirent. Hypogeum est un nom latin signifiant une "structure sous-terraine".


    Près du sol de la dernière chambre, au troisième et dernier (officiellement reconnu) niveau de ces anciennes catacombes, se trouvent certaines chambres mortuaires, comme on les appelle. Elles n'offrent qu'une surface de quelques mètres carrés à peine, sont situées à même le sol, et l'on doit se mettre à genoux, voire même à terre, ne serait-ce que pour regarder à l'intérieur.


    malte--hypogee-et-sous-terrains-d--hal-saflieni----malte04.jpgCes "chambres mortuaires" sont juste assez larges pour que quelqu'un puisse y ramper. Il circule depuis des années des rumeurs sugggérant que l'une de ces chambres motuaires ne finit pas, mais continue bien au-delà, vers d'autres cavernes plus profondes et inexplorées.


     

     

     

    Ci-contre: de chambre en chambre sous l'hypogée d'Hal Safienti


    D'après certaines sources,  le passage sous-terrain et la chambre furent décrits il y a des années dans un article paru dans le numéro du mois d'août du magazine National Geographic. L'article en question indiquait ce qui suit à propos de diverses personnes ayant disparu dans ces catacombes sans laisser de traces: 


    "De nombreux passages sous-terrains, y compris d'anciennes cattacombes, font aujourd'hui partie des fortifications et du système de défense de l'île.

    Des vivres sont conservées dans de nombreux tunnels; d'autres sont des abris contre les bombes. Certaines des zones sous-terraines situées sous Valleta servirent de résidence pour les pauvres.


    Des hommes préhistoriques construisirent des temples et des chambres dans ces sous-terrains.

    Il y a des années, il était possible d'aller d'un bout à l'autre de Malte par ces sous-terrains.



    Mais le gouvernement ferma les entrées de ces tunnels après que écoliers et leurs enseignants en voyage d'étude se perdent dans le labyrinthe et ne reviennent jamais."




    cranes Crânes très allongés vers l'arrière conservés a

     

     

     

     

     

    Ci-dessus: crânes anciens de Teros retrouvés au nombre de 30000 et conservés au début du siècle passé au nombre de 7000 au musée national de Malte, à la Valette. Depuis, ils ont curieusement disparus. Rappelons que les très puissants "skulls and bones"  s'approprie ce genre de relique pour ses intérets.   lire l'article : les crânes dolicocéphales du Perou de Malte et d'ailleurs.


     

     

     

     

     


     

    CRANES-TEROS--http--projectavalon-net-Klaus-Dona-2-html-2d8.jpg

     

     

     

     

     

     

    Les teros des profondeurs sont représentés ici par ces deux statuettes (au-dessus, sur la photo); elles sont âgées de 17 000 ans.

    L'être humain de la surface n'est pas seul sur la Terre, depuis des temps immémoriaux.

    Mais lisons ce qui suit ...

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'histoire est en fait plus importante que le National Geographic ne l'indique. D'autres sources indiquent que près de 30 enfants disparurent dans ces catacombes lors de ce voyage d'étude, et que lors de la découverte initiale de l'Hypogeum furent également découverts près de 30000  squelettes d'hommes, de femmes et d'enfants (victimes de l'ancien sacridice aux "dieux du monde souterrain" perpétré par une ancienne race néolithique)    ndlr : il semble que cette info tirée de ce site centerblog ne tienne pas compte qu'il s'agisse ici plutôt des restes des sacrificateurs que des sacrifiés, car les crânes de ces gens sont très différents des nôtreset l' Hypogeum était destiné à leur dévotion.




    Rendez-vous avec la Terreur pour une employée de l'ambassade britannique à Malte:




    Dans un article écrit par Miss Lois Jessup, à lépoque employée de l'ambassade britannique et plus tard secrétaire du NYSIB, paru dans un vieux numéro du magazine Science Frontière (en anglais: Borderland Science) de Riley Crabb's, publié par la BSRF et plus tard repris par dans son intégralité dans le livre du Dr.Allen "Enigma Fantastique", on peut lire ceci:



    malte-hypogee-d-hal-saflieni-----------malte01.jpg

          "Miss Jessup déclara avoir visité Malte et l'Hypogeum, une première fois avant la tragique disparition des enfants, et une autre fois peu après. Elle décrivit comment, lors de sa première visite des catacombes, elle convaninquit le guide de la laisser examiner l'une de ces fameuses chambres mortuaires près du sol de la dernière chambre, dans le troisième soubassement, la "fin" supposée de la visite de l'Hypogeum.


           


    Ci-contre: l'hypogeum d'Hal Safienti, partie accessible à tout public


     

     

     

     

    Le guide semblait savoir quelque chose qu'elle ignorait, mais consentit finalement à lui dire qu'elle pouvait entrer " à ses propres risques" ...


            Ce fut ce qu'elle fit, bougie à la main et sa ceinture défaite utilisée comme corde de guide pour ses amis qui la suivaient, rampant dans le mince passage pour finalement déboucher dans une grande caverne, où ele se trouvait sur une plate-forme surplombant un abîme très profond, semblant sans fin.

            Plus bas et de l'autre côté de l'abîme, se trouvait une autre plate-forme semblant donner sur une porte ou un tunnel s'enfonçant dans le mur opposé...




            Nous réalisons que ce qui suit pourrait sembler incroyable à beaucoup de lecteurs, mais nous leur demandons de se faire leur propre idée de sa véracité. Miss Jessup jure que ce qui suit s'est réellement passé.


     De ce tunnel inférieur situé de l'autre côté de l'abîme, déclare t- elle, surggirent quelques très grandes créatures de forme humanoïde, mais totalement recouvertes de poils de la tête aux pieds.

    L'apercevant, elles levèrent leurs armes dans sa direction, à tel point qu'un vent violent se mit à souffler dans la caverne, soufflant sa bougie.

    Une "chose" humide et rampante (apparemment une créature de différente sorte) la frôla alors.


    malte hyogee d hal saflieni malte02

    Tout ceci se passa au moment où la personne qui la suivait commençait à émerger depuis le passage dans la caverne. Ils pne purent comprendre ses tentatives paniquées pour rejoindre le passage et reganger la chambre de l' Hypogeum, mais y concentirent après leur insistance. Lorsqu'ils se retrouvèrent tous dans la chambre de l'Hypogeum, le guide vit son expression et la regarda d'un air "entendu".



    Fabuleux repère et ouverture sur un autre monde, sous l'Hypogée d'Hal Safientià Malte





    Environ une semaine après la disparition des enfants et de leur(s) enseignant(s), elle vit lors de sa seconde visite un tout nouveau guide qui nia que l'autre guide aît jamais travaillé ici, bien qu'elle sût que ce guide-ci cachait quelque chose.

    Elle apprit d'autres sources plus coopératives cependant, que ceci était le tunnel que les enfants, leur(s) enseignant(s) et probablement l'ancien guide, avaient emprunté.

    Elle apprit également qu'après que le dernier enfant y aît pénétré, les murs du petit tunnel se refermèrent ou s'effondrèrent.

    Bien que la version officielle établit que les murs s'étaient écroulés sur les tudiants, les équipes de recherche ne furent jamais capables de trouver la moindre trace de l'un ou des enseignants ou des enfants, bien que la corde qu'ils avaient utilisée pour s'attacher à la plus basse des chambres de l'Hypogeum, fut retrouvée nettement coupée, comme par quelque chose de tranchant (pas un roc tombant).   


    ndlr: ce dernier détail est souligné en noir parce qu'il a son importance: en effet, dans le récit d'Andrès Alfaya sur les souterrains de cuba, des équipes entières, de missions cubaine et/ou soviétique, ont disparu suivant un déplacement temporel brutal, qui coupe nette la corde de rappel entre les 2 émanations de perception (*2 dimensions très rapprochées; elles sont au nombre de 48 sur la Terre) . Il faut donc la technologie du déplacement du point d'assemblage pour retrouver les enfants et les faire revenir de cette bande d'émanation voisine à la nôtre... Sans compter qu'en face, "les créatures de grande stature" ne seront pas de tout repos...


    * Lire dans l'ordre les livres de Carlos Castaneda: "Voir", "Le Voyage à Ixtlan", "Histoires de Pouvoir", "Le second anneau de Pourvoir", "Le Don de l'Aigle",  "Le Feu du Dedans", "La Force du Silence"...




    Il fut prétendu que, durant les semaines qui suivirent, les gémissements et cris des enfants furent entendus sous terre et en diffrérents endroits de l'île, sans que personne ne parvienne à localiser l'origine de ces cris. Comme pour les catacombes sous Malte, il existe d'ancients récits stipulant que de profondes cavernes sous 'île se prolongent sious terre au-delà des rivages,et, d'après une source, qu'une partie de ce labyrinthe s'étend sur des centaines de kilomètres au nord et possède des intersections avec les catacombes de Rome (la colline Vaticanus?) ou que cela fut du moins le cas à une certaine époque.


    Il y a tellement de récits documentés suggérant l'existence de telles vastes régions caverneuses se déploient dans des régions infernales de cette planète, ou du moins que la question doive être considérée.

     

    Malte temple mégalitique Ggjantija

     

          Malte abrite "en surface" des ruines mégalithiques de 17000 ans d'âge. Ici temple de Ggjantija







    Si une telle région existe, on peut alors se demander: Pourquoi son existence a-t-elle échappé à ceux de la surface depuis si longtemps ?

    Une réponse possible à cette question pourrait être que, si une telle région existe, et qu'elle est au moins habitée par des créatures physiques en intelligence et en communication avec des anges déchus ou des entités démonniaques, ces êtres non-physiques auraient alors beaucoup à perdre si l'existence de ces cavernes venait à être largement connue, ainsi que pour lerus alliés reptiliens.



    Il existe de nombreux cas où ceux qui ont essayé de découvrir ce qui se passait sous le sol (ou qui ont effectué certaines rencontres, ou ont acquis certaines connaissances sur ces régions infernales, ou ont tenté de rechercher des récits hors de la protection ou de la gouverne divine de Dieu Tout-Puissant) ont eu à souffrir d'attaques spirituelles ou psychiques ou d'oppression, parfois au point d'être conduit à la folie, ou d'adopter une attitude absente de manière irréversible.

    Certains sont également apparemment morts en de mystérieuses circonstances, ou furent pousssés au suicide. Quelque chose se trame réellement "sous nos pieds" avec certaines entités particulièrement malveillantes qui ne veulent pas que nous en prenions connaissance.


    ndlr: Dieu tout-puissant existe, mais intervient-il dans les relations inter-systèmes ?

    Dans notre émanation temporelle, nous sommes trop "fixés" au point de négliger les autres émanations, c'est pourquoi nous affirmons que ces créatures sont "démoniaques", que ce sont des "anges déchus" ;

    Mais nous le sommes plus qu'elles, puisque nous "pétons un câble" au point de devenir fou ou de nous suicider, ou de souffrir de terribles "oppressions" dès que nous sentons la présence des créatures qui manipulent très bien, à l'inverse de nous, le point d'assemblage de la perception .

    Pour retrouver ces enfants, il faut être instruit de la physique de la perception, c'est-à-dire de la variation du point d'assemblage, car nous mourons la plupart du temps, quand notre  raison ne peut plus diriger nos impressions.


    Nous sommes convanicus cependant que, si l'on ne souhaite pas laisser à Dieu, par le Christ, guider et diriger nos recherhces dans cette zone, alors nous ferions mieux de laisser tout cela de côté. Nous connaissons trop de gens ayant essayé de fouiller ce sujet hors de la grâce de Dieu et ayant été détruiits aussi mentalement que physiquement pour tout résultat.

    De plus, plus nous pourrons travailler ensemble dans un seul et même effort pour nous défendre contre cette menace "extra-terrestre", mieux nous serons individuellement.

     

    Malte mégalithe temple de Mnaidra doorway or room H

     

     

                    Ci-dessus: temple de Mnaidra, Malte



    Il existe, à côté de l'incident de Malte, de nombreux autres récits suggérant que des centaines, si ce n'est des milliers de personnes ont disparu sans laisser de traces à l'intérieur ou aus alentours de cavernes inexploresa en différents endroits du monde.

    Comme nous l'avons dit, ces régions ionfernales représentent l'origine la plus probable de la majorité du phénomène connu comme celui des "ovnis". Nombreux de ces appareils ont été observés entrant et sortant des cavernes ou d'ouvertures dans des montagnes éloignées, canyons, etc.

    Il existe des cas répertoriés où des êtres "extra-terrestres" à l'apparence de reptiles tels que ceux décrits par les témoins des ovnis ont été observés dans des cavernes et des renfoncements souterrains naturels ou artificiels.

    Ces rapports sont relativement peu nombreux, mais ils existent.

    Il est concevable que le peu de gens ayant jamais fait de telles rencontres n'aient jamais eu l'occasion d'en revenir ou d'en parler. Ces créatures sont souvent décrites comme étant semblables aux "occupants d'ovnis" !


    Fin de l'histoire tirée du site http://virtuellife.centerblog.net/rub-60-les-souterrains-de-l-île-de-malte-.html

     

     http://antigravity.over-blog.com/


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique