•  

     

     

     

     

     

     Le 30 juin 1908 à 07:17, un bruissement d'ailes d'oiseaux affolés coiffe soudain les rares habitants de la Tunguska, qui étend ses forêts de conifères entre la ville d'Omsk et le lac Baïkal (Sibérie). Quelques secondes plus tard, le battement d'ailes fait place à une gigantesque explosion suivie d'une lueur aveuglante. Un phénomène inconnu vient d'anéantir, dans un véritable déluge de feu, tout un pan de la forêt sibérienne. Dans un cercle de 100 km de diamètre, une faux géante a instantanément couché au sol tous les arbres qui se dressaient là.

     

     http://www.rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/dossier/Tunguska/

     

     

     Sergei Semenov habitait le village de Vanarava, situé à 60 km de l'endroit. Il raconta avoir aperçu, juste avant l'explosion, un objet énorme et étincelant, gros comme la moitié du Soleil, fendre le ciel à la vitesse de l'éclair. L'objet, suivi par un long sillage de poussière et de fumée, dégagea bientôt une chaleur telle que les vêtements de Semenlov commencèrent à prendre feu. Terrorisé, l'homme eut le temps de courir se réfugier dans sa maison afin d'éteindre les flammes.

     

     

     

     

    D'autres témoins affirment avoir vu s'élever ensuite un énorme champignon de fumée noire, coupant littéralement le ciel en deux.

    Région parmi les plus hostiles, la Tunguska comptait encore moins d'habitants à l'époque que de nos jours. Si les dégâts matériels furent énormes, on déplora donc simplement quelques blessés et brûlés. Mais ce fut un miracle.

    A 22 km au nord de Vanarava, les nomades des tribus Tungouzes transhumant dans les forêts pensèrent que la fin du monde était venue. Leurs huttes, arrachées du sol comme des fêtus de paille, s'envolaient aux quatres vents et, pire encore, ils perdirent des milliers de leurs rennes, gravement brûlés.

    A Nizhne-Karelinsk, qui est à 200 miles de l'épicentre de l'évenement.

     

     

     

     

    Dans le village de Nizhne-Karelinsk au Nord-Ouest bien au-dessus de l'horizon, les paysans voient un corps briller très fortement (trop brillant pour l'oeil nu) avec une lumière blanc bleutée. Il se déplace verticalement vers le bas pendant environ 10 mn. Le corps a la forme d'un "tuyau" (i.e. cylindrique). Le ciel est sans nuages, à l'exception d'un qui est bas sur l'horizon en direction duquel ce corps luisant est observé, un petit nuage sombre est observé. Il faisait chaud et sec et lorsque le corps brillant approcha le sol il sembla se pulvériser et à sa place un énorme nuage de fumée noire se forma et un fracas bruyant, pas comme le tonnerre mais comme la chute de grandes pierres ou comme un coup de feu, est entendu. Toutes les constructions tremblèrent et au même moment, une langue fourchue de feu traversa le nuage. Les vieilles femmes pleurèrent, tout le monde pensa que le fin du monde approchait[1].

    Des personnes entendent l'explosion jusqu'à 500 miles de distance.

     

     

     

     Ce jour-là, la déflagration fut si énorme que l'on l'entendit à 1500 km à la ronde, jusqu'au cercle arctique. Outre des secousses sismiques qui se déclenchèrent par vagues dans le monde entier, d'incroyables phénomènes lumineux se produisirent alors. Ce jour-là, la nuit ne se coucha pas dans la région de Tunguska... et pas d'avantage dans presque toute l'Europe, où des nuits d'une blancheur irréelle s'installèrent plusieurs semaines durant (voir ci-après). Quelque chose a explosé avec la puissance de 1000 fois la bombe Hiroshima, dévastant plus de 2000 km2 d'arbres et de faune.

    Le lendemain à minuit, 5 h après cette explosion du bout du monde, la Grande-Bretagne est éblouie par un coucher de Soleil étincellant. Le Times relata l'événement : la nuit est si claire que les londoniens peuvent lire leur journal dans la rue, à minuit, sans avoir recours à l'éclairage de la ville ! Un journaliste décrit ainsi cette nuit du 30 juin : Le ciel était clair comme en plein jour et sillonné de nuages de lumière rose ; de ma vie, je n'ai assisté à quelque chose d'aussi stupéfiant.

     

     

     

     

     Plus tard, certains compareront cette explosion avec un projet Nikola Tesla, qui semblait recèler lui aussi une puissante de destruction terrifiante. Que se passerait-il en effet si au lieu d'être répartie équitablement sur la planète, toute l'électricité était dirigée en un seul point du globe ? Selon les calculs de Tesla, l'émetteur pourrait fournir une puissance représentant 100 milliards de watts. Focalisée pendant une courte période sur une seule fréquence, cela reviendrait à produire une force de 10 000 000 000 000 000 joules ! Ce qui correspond à 10 mégatones de TNT... soit à peu près la puissance de l'explosion qui eut lieu à Toungouska. Ainsi tenait-il sans doute au bout de ses doigts une arme redoutable, aussi puissante que la bombe nucléaire, qui pouvait être dirigée vers n'importe quel point du globe.

     

     

     

     

     avec les événements du début du siècle (purge politique, première guerre mondiale), la Russie ne semble pas capable d'enquêter avant1921. Cette année-là Leonid Kulik est sélectionné par l'Académie des Sciences Soviétique pour déterminer ce qui s'est passé. Ce dernier commence à collecter les récits de témoins visuels de l'événement.

    En mars 1927 Kulik franchit la voie ferrée du trans-siberien à Tayshet et se dirige vers le village de Vanavara. Il s'agit d'un vieux village, contrairement à Bratsk qui semble composé de trentenaires déplacés depuis la région de Moscou. Il recrute un guide nommé Il'ya Potapovich, dont le frère a ressenti les effets de l'explosion 19 ans avant, sa tente ayant été soufflée à 75 miles de l'épicentre.

    A la mi-avril Kulik et son guide ont atteint la rivière Merkirta et ils peuvent observer les premiers signes de dévastation. Depuis la rivière de petits monticules peuvent être observés, complètement vidés de leurs arbres. Kulik monte sur une des plus hautes collines et voit sur au moins 12 miles devant lui les arbres abattus, tous dans la même direction. Le rude hiver l'empêche d'aller plus loin. Il écrit dans son journal des ruines aussi loin que l'oeil peut voir, que cela aurait-il été si c'était Saint Petersbourg ?

    En juin, Kulik revient et suit la ligne des arbres dévastés pour finalement atteindre ce qui va appeler le "chaudron". Là les arbres sont tombés de manière radiale vers l'extérieur. Il se trouve dans une légère dépression avec un diamètre irrégulier d'environ 1 mile. De là la forêt brûlée et abattue s'étend sur 20 miles derrière lui, et 37 miles dans un éventail face à lui. Familier du grand cratère d'Arizona, il cherche en vain le reste d'une méteorite. Il voit de nombreux petits trous plats, mais il ne sait à l'époque s'il s'agit d'une caractéristique naturelle de la région.

    Kulik effectuera 3 autres expéditions (en 19281929 et 1938/1939) avant sa mort comme prisonnier de guerre le 14 avril 1942, défendant son pays contre les allemands. Il ne trouvera jamais de trace d'impact ni de fragments. Quoi que soit il semble que cela ait explosé en l'air et disparu totalement.

     

     

     

     

     De nombreuses hypothèses de toutes sortes ont été émises sur ce phénomène mystérieux :


    • Une explosion nucléaire (naturelle ou extraterrestre),

    • Une soucoupe volante se serait écrasée.

    •  

    •  

    •  

    •  

    • tungouska aujourd' hui semble calme et paisible mais cet

    • événement à laisser place a de nombreuses questions et à

    • fait naitre pas mal de légendes à son sujet et dans cette

    • région reculée entre la fiction et la réalité il n'y a qu'un

    • seul

    • pas à faire 

    •  

    •  

    •  

    •  

    •  http://fr.wikipedia.org/wiki/Événement_de_la_Toungouska


    votre commentaire
  • bonjour c'est la fête de la musique et vous connaissez tous jean louis Aubert et ses chansons mais es ce que vous les avez réellement bien écouter?

     

    tout les principes des valeurs de la kabbale sont dans son texte il parle des anges et de son ange intérieur 

     

     

     Il manque un temps à ma vie 
    Il manque un temps, j'ai compris
    Il me manque toi 
    Mon  alter ego

    Tu es parti mon ami 
    Tu m'as laissé seul ici 
    Mais partout tu me suis 
    Mon alter ego 

    Où tu es 
    J'irai te chercher 

    Où tu vis 
    Je saurai te trouver 

    Où tu te caches 
    Laisse-moi deviner 

    Dans mon cœur rien ne change 
    T'es toujours là, mon ange 

    Il manque ton rire à l'ennui 
    Il manque ta flamme à ma nuit 
    C'est pas du jeu 
    Mon alter ego 

    Où tu es 
    J'irai te chercher 

    Où tu vis 
    Je saurai te trouver 

    Où tu te caches 
    Laisse-moi deviner 

    T'es sûrement baie des anges 
    Sûrement là-bas, mon ange 

    Sûrement là-bas 

    Sûrement là-bas 

    Où tu es 
    J'irai te chercher 

    Où tu vis 
    Je saurai te trouver 

    Où que tu sois 
    Je voudrais que tu saches 

    Dans mon cœur rien ne change 
    T'es toujours là, mon ange 

    Il manque un temps à ma vie 
    Il manque ton rire, je m'ennuie 
    Il me manque toi, mon ami

     

     lter ego est un terme latin signifiant : un autre moi-même. Il sert de ce fait à désigner une personne qui a les mêmes qualités, caractéristiques qu'une autre ou est capable de la remplacer.

    L'autre en tant qu'il n'est pas seulement un autre que moi mais un autre moi.1 Dans la langue commune, l'expression renvoi à l'idée de substituabilité : l' alter ego est celui qui peut faire et être à ma place. D'où l'ambiguïté : on insistera tantôt sur l'ego (l'autre moi, est un autre moi), tantôt sur l'alter (l'autre moi est un moi autre).1,2

    Le terme est couramment utilisé dans la littérature pour décrire des caractères qui sont psychologiquement identiques, ou parfois pour décrire un personnage proche de l'auteur, avec un discours ou des pensées similaires à l'auteur.

     

    un monde ailleurs 

     

     

     Plus loin, un peu plus loin

    Au delà des mers
    Un peu plus loin
    Mon coeur

    Plus loin, un peu plus loin
    Au delà des terres
    Un peu plus loin
    Ailleurs

    Puisqu'on a pris le temps
    On tiendra la distance
    Puisqu'il y a des trains
    Toujours en partance
    Ce monde derrière le monde
    Peut-être existe-t-il
    Immobile

    Il y a un monde ailleurs
    Un monde ailleurs

    Plus près, un peu plus près
    Mon frère
    Plus près, un peu plus près
    Des barrières, des frontières
    Puisqu'on a pris le temps
    On tiendra la distance
    Puisqu'il y a des trains
    Cachés derrières nos trains
    Ce monde derrière le monde
    Peut-être existe-t-il
    Immobile

    Il y a un monde ailleurs
    Ailleurs
    Le voyage paraît-il
    Peut se faire immobile
    Je connais des diagonales
    Qui transpercent des coeurs

    Puisqu'on a pris le temps
    On tiendra la distance
    Puisqu'il y a des trains
    On prendra notre chance
    Ce monde derrière le monde
    Peut-être existe-t-il
    Immobile
    C'est sûr

    Il y a un monde ailleurs
    Ailleurs
    Un monde ailleurs

    Un monde ailleurs
    Demain
    Rien n'importe moins que demain
    Mon frère
    Un monde ailleurs

    un monde ailleurs il y croit je pense ? non il le sait j'en suis certaine .

     

    dans la chanson un autre monde il était dans le groupe téléphone , alors sachez que un autre monde existe c'est une petite commune qui se situe vers unienville  trannes dans l'aube quand vous arrivez dans l'autre monde vous tombez immédiatement dans la ruelle du paradis étrange non? et il se trouve que le romancier jimmy guieu cite cet endroit dans les sentiers de l'invisible et il existe une photo de cet écrivain devant ce village .

     

     Jimmy Guieu en 1989...

     

    écoutez bien les paroles de la chanson puis essayez de comparer avec le roman de jimmy vous verrez que cette comparative n'est pas spéculatif 

     Je rêvais d'un autre monde

     Où la terre serait ronde 

    Où la lune serait blonde 
    Et la vie serait féconde 

    Je dormais à poings fermés 
    Je ne voyais plus en pieds 
    Je rêvais réalité 
    Ma réalité 

    Je rêvais d'une autre terre 
    Qui resterait un mystère 
    Une terre moins terre à terre 
    Oui je voulais tout foutre en l'air 

    Je marchais les yeux fermés 
    Je ne voyais plus mes pieds 
    Je rêvais réalité 
    Ma réalité m'a alité 

    Oui je rêvais de notre monde 
    Et la terre est bien ronde 
    Et la lune est si blonde 
    Que ce soir dansent les ombres du monde 

    À la rêver immobile 
    Elle m'a trouvé bien futile 
    Mais quand bouger l'a faite tournée 
    Ma réalité m'a pardonné 
    ma réalité ,ma réalité ,ma réalité 
    dansent les ombres du monde*3

    et je vous ai déjà expliquer ce que sont les autres réalités en ce monde mais pas en cet autre monde qui est souvent le lieux d'apparition en tout genre, mais monsieur aubert semble ne pas ignorer cela 

     

    en ce jour de la fête de la musique je proclame le très grand Jean Louis Aubert mon être ange préférer 


    5 commentaires
  •   

     

     

     

    Pluie de météores sacrées


    Le 29 avril dernier, une météorite tombait sur un quartier de Jakarta. Phénomène rarissime et nimbé de mysticisme : avec les débris des pierres célestes, on forge des poignards sacrés, raconte Tempo.

     

     b ertina Manurung se souvient d’un bourdonnement très fort qui n’a duré que le temps d’un éclair. Cette habitante de Jakarta se trouvait devant chez elle. Paniquée, elle se précipita à l’intérieur de sa maison. Une fois apaisée, elle se risqua à nouveau au-dehors et cette fois fut prise d’une véritable terreur à la vue des trois maisons voisines de la sienne, totalement détruites. Elle crut à un incendie. “Il y avait une fumée très épaisse”, raconte Bertina. Ce qui s’est passé ce 29 avril en fin de journée dans ce quartier surpeuplé de la capitale n’est autre que la chute d’une météorite. Moins d’une semaine plus tard, d’autres roches extraterrestres ont été retrouvées dans les îles de la Sonde. Selon le Pr Hakim Luthfi Malasan, chef de l’observatoire Bosscha à Bandung, la NASA avait calculé la date de leur chute sur la Terre, mais le lieu de leur “atterrissage” était imprévisible. Heureusement, les pierres célestes géantes tombent très rarement sur la Terre. La dernière chute d’une grosse météorite remonte à 1908, à Toungouska, en Russie. Son diamètre mesurait plusieurs dizaines de mètres et son impact avec la Terre a libéré une énergie environ mille fois plus puissante que la bombe d’Hiroshima. Mais la plupart des météorites qui heurtent la Terre ne sont pas plus grosses que des grains de sable, et quand elles tombent en grand nombre on les appelle “pluie de météores”. Les météorites touchent rarement les zones de peuplement, les espaces inhabités de la Terre restant plus vastes que ceux habités. En 1992, à New York, une météorite est entrée en collision avec une Chevrolet ; cette pierre céleste a alors été baptisée Peekskill, du nom du lieu de l’impact, et son atterrissage a été filmé par au moins une quinzaine de vidéos et largement diffusé sur YouTube. 

     

     

     

     

     Aucune preuve scientifique ne montre qu’une région de la Terre aurait plus de risques d’être touchée qu’une autre. Même si la menace est minime, l’Indonésie ne conduit aucun programme de surveillance de chute de météorites sur des zones de peuplement. “Pour cela, il faudrait des équipements très performants et très coûteux”, explique Thomas Djamaluddin,chercheur à l’Institut national d’aviation et d’aéronautique (LAPAN). “Rien que pour observer le simple mouvement des météores dans le ciel, nous sommes sous-équipés. Les lentilles du télescope Bosscha, le plus moderne d’Indonésie, sont comme délavées par la pollution lumineuse due au développement de la ville de Bandung.” 

     
    Mais, à défaut de pouvoir prédire leur chute, les Indonésiens ont appris à utiliser les météorites à leur profit pour la fabrication des kriss (poignards traditionnels de l’archipel malais et indonésien). Ils maîtrisent cette technologie depuis la nuit des temps. L’exemple le plus célèbre est celui de la météorite tombée à Prambanan (centre de Java) en 1797. Une partie de cette pierre a été utilisée pour fabriquer les lames de plusieurs kriss et le reste est gardé précieusement dans le palais de Surakarta. Selon Haryono Haryoguritno, ingénieur à l’institut technologique de Bandung (ITB) et spécialiste des kriss, ces pluies de météorites sur l’île de Java sont porteuses depuis des siècles d’une aura mystique. Ainsi leur force magique est-elle transmise à ces poignards.“On considère qu’ils sont une contribution des dieux aux hommes”, précise Haryono. Le fait est que les météorites contiennent un mélange de fer et de nickel tout à fait indiqué pour la lame des kriss, qui est constituée de plusieurs couches de métaux produisant des motifs ésotériques. Haryono explique que, sur cent kriss qu’il fait forger sur l’île de Madura, une dizaine contiennent des météorites récoltées dans divers lieux, y compris à l’étranger, achetées par des amateurs de kriss et rapportées en Indonésie.

     

     

     click to zoom

     

     

     


    2 commentaires
  •  En 1632, dans la ville de Loudun en Touraine, un homme du nom de Grandier, un simple homme, ose contredire le Grand Cardinal de Richelieu. Cette querelle amènera à une des plus grandes injustices et manipulations du XVIIème siècle !

    Un homme au cœur grand -du moins envers les femmes !- aime courtiser ; il aime aimer. Urbain Grandier avait des grandes qualités d'orateur et une allure qui plaisait beaucoup aux dames de l'époque

     

     

     Plus tard il fut nommé curé de Loudun. Pourtant sa franchise et son libertinage lui amenèrent de nombreux ennemis car il ne cachait pas ce qu'il pensait, et ses pensées en dérangeaient plus d'un. Il écrit entres autres un traité sur le célibat des prêtres, sujet extrêmement tabou et réprimandé par l'Eglise, et un pamphlet contre Richelieu : "La cordonnière de Loudun".


    Son principal problème vint de Mignon : Grandier ne trouva rien de mieux que de féconder une jeune demoiselle apparentée à Mignon directeur du couvent Saint Ursule, dit le couvent des Ursulines. Mignon, accompagné d'un avocat du roi et de deux hommes du peuple, accusa Grandier d'avoir souillé l'Eglise et de l'avoir fait en forniquant dans l'enceinte-même de celle-ci. Bientôt l'histoire prit de l'ampleur et le bruit courut que Grandier abusait de nombreuses femmes à l'intérieur de l'Eglise.

    Le couvent des Ursulines était un endroit très simple, où la vie était très dure, où bien-sûr la mixité n'existait pas. Mais cette abstinence forcée et le rayonnement de Grandier dans cette petite ville entraînèrent un désir insurmontable pour les jeunes Ursulines, qui bientôt devinrent à moitié hystériques et virent Grandier hanter leurs rêves.(cf Liste des personnes possédées, maléficées dans l'affaire des Diables de Loudun, avec Noms des Démons et Lieu de résidence de ceux-ci).
    Grandier est très populaire et n'a jamais mis les pieds dans le couvent des soeurs, et pourtant elles le voient en rêve et sont obsédées par sa présence. Celle qui est la plus touchée est Soeur Jeanne dite Des Anges, c'est par elle que tout a commencé et que tout va finir...
    Les bourgeois de Loudun voient en lui une trop grande ambition ; les capucins dénoncent son pamphlet contre Richelieu.
    Coïncidence (?) le sieur de Laubardemont commissaire de Richelieu arrive sur les lieux en 1633 afin de détruire les fortifications de la ville, destructions auxquelles Grandier s'oppose violemment. De plus il entend parler des crises des religieuses : elles hurlent, blasphèment, disent des obscénités...

     

     

     

     De retour à Paris il se charge d'instruire l'affaire, et à sa nouvelle venue bénéficie des pleins pouvoirs offerts par le cardinal pour mettre fin au désordre qui règne dans cette ville.

    Le lendemain-même de son arrivée Grandier est arrêté, sa maison fouillée, mais aucune preuve n'est trouvée.
    Durant janvier 1634 il recueille témoignages et accusations. Du 4 au 11 février Grandier est interrogé mais il nie l'accusation de sorcellerie, puis finit par refuser de répondre aux questions qui lui sont posées.
    Les religieuses sont soumises aux exorcismes sans résultat depuis environ un an, tous les exorcismes sont publics, de nombreuses personnalités de l'époque viendront voir les possédées de Loudun, certaines crises sont outrageantes : toute la "pourriture du monde" s'exclame par la bouche des ursulines, femmes de Dieu en principe (!), la population s'indigne et Laubardemont est obligé de publier cette ordonnance :

    "Il est très expressément défendu à toute personne, de quelque qualité ou condition qu'elle soit, de médire, ni autrement d'entreprendre de parler des religieuses et autres personnes de Loudun, affligées de malins esprits, leurs exorcistes, ni ceux qui les assistent, soit au lieu où elles sont exorcisées ou ailleurs, en quelque façon et de quelque manière que ce soit, à peine de dix mille livres d'amende et autre plus grande somme et punition corporelle si le cas y échoit ; et, afin qu'on n'en prétende cause d'ignorance, sera la présente ordonnance lue.
    Fait à Loudun, 2 juillet 1634"

     

     

     

    Les exorcismes qui tout d'abord étaient faits en même temps pour toutes les religieuses, vont peu à peu devenir des exorcismes individuels à la demande de Grandier, conscient que cette mascarade ne consistent qu'à le mener à sa perte.

    La soeur Claire prise de remords, confessa que tout n'était que mensonge, mais selon les juges et ennemis de Grandier, c'étaient-là les paroles du Démon voulant protéger une de ses sbires les plus fervents ! Laubardemont rendit une sentence dans laquelle il ordonnait la confrontation de Grandier et des Ursulines (cf confrontation de grandier et des ursulines).Grandier, qui savait que les Ursulines ne l'avait jamais vu, demanda qu'il fut proposé aux soeurs quatre prêtres habillés à sa manière pour qu'elle reconnaissent le sorcier : sa demande fut rejetée !

     

     

     

     

     

     Le 8 juillet le procès de Grandier commence : l'utilisation de la Question sur Grandier ne se fait pas attendre face au refus de celui-ci d'avouer ses affinités avec le Diable, une cicatrice sur le pouce sera une des preuves car elle a été faite pour signer le "pacte du Démon" ! En effet de nombreux documents furent présentés comme étant des pactes sataniques (lettres, pactes....) faisant office de preuves pour condamner Grandier. Les pièces étaient apportées par les sous-fifres de Laubardemont. 
    Le 18 août à cinq heures du matin les juges condamnent Grandier au bûcher : il sera attaché au bûcher, étranglé à l'aide d'une corde nouée, puis enfin brûlé.
    Avant tout il sera soumis à la Question, et notamment aux brodequins, torture exécutée par les Capucins à Loudun où l'usage était de lacer deux planches de bois et de serrer entres les planches les jambes du supplicié. On enfonçait ensuite des coins à coups de marteau, les jambes étaient cassées, les coins traversaient les os et les cassaient ; quand les planches étaient desserrées les éclats d'os volaient par terre.
    Grandier eut deux coins de plus que les grands criminels ! Pourtant il n'avoua pas : il fut traîné dans toute la ville, jeté devant le couvent Saint Ursule, puis mené au bûcher. Il demanda un confesseur augustin, ce qui lui fut refusé, et pendant trois heures on lui ordonna de signer des aveux, ce qu'il ne fit point. Il voulu faire une déclaration au peuple mais un seau d'eau bénite lui atteint le visage l'empêchant de prononcer ses paroles. Un moine va pour lui donner le baiser du pardon, Grandier s'écrie : "Voilà un baiser de Judas !" et les exorcistes le frappèrent avec leurs crucifix en fer au visage.
    Le père Lactance devait comme de coutûme ordonner son étranglement, mais il mit feu au bûcher avant. Il fut ainsi brûlé vif ! Le bourreau voulut l'étrangler mais on avait déjà noué la corde.
    Ses dernières paroles furent : "Il y a un juge au ciel, je t'assigne à comparaître, dans le mois, devant lui !"
    Il mourut un mois après Grandier, le capucin Tranquille, mourut à son tour peu de temps après du Satyriasis.


    Mais la mort d'un homme n'a jamais soigné personne, et de nombreuses années après, les possession continuait. Jusqu'à ce que Jeanne Des Anges, supérieure du Couvent, passe de "possédée" à "élue et visionnaire de Dieu".
     Précision sur deux des soeurs possédées Jeanne Des Anges, la supérieure du Couvent, et Soeur Agnès, une autre religieuse typique du type de mal dont était affligées les possédées. 

     

     possessionetexorcisme1.png


    Soeur Jeanne Des Anges :
    Supérieure du Couvent des Ursulines
    Possédée par sept Diables dont trois chassés le samedi 20 mai 1634 :
    Asmodée des Trônes ; Aman Des Puissances ; Grezil des Trônes.
    Leurs signes de départ furent trois ouvertures du côté droit.

    Les 4 autres sont :
    Léviathan Des Séraphins :
    Emplacement : au milieu du front 
    Signe de sa sortie : qui a promis de faire une croix de Sang sur ledit front.
    Behemot Des Trônes :
    Emplacement : Estomac
    Signe lors de sa sortie : soulever la fille de deux pieds de haut.
    Balaam Des Dominations : 
    Emplacement : seconde cote droite
    Signe de sa sortie : Ecrire son nom sur la main droite de la fille, gravé à vie.
    Isaacaron Des Puissances :
    Emplacement : sous la dernière côte du coté droit.
    Signe lors de sa sortie : fendre la main gauche d'autant qu'en emporte l'ongle.

     

    Soeur Agnès :
    Possédée de quatre Démons.
    Asmodée Des Trônes :
    Emplacement : à sa résidence dessous le coeur
    Signe de sa sortie : signe ordonné par l'exorciste : faire une fleur de Lys sur la main gauche, car le Démon ne voulait pas signer sa sortie.
    Berith Des Trônes :
    Emplacement : orifice de l'estomac
    Signe de sa sortie : enlever la calotte de Monsieur de Laubardemont conseiller d'Etat, commissaire de sa Majesté, d'une pique et plus en l'air pendant l'espace d'un "Miserere"
    Achaos Des Archanges :
    Emplacement : tempe gauche
    Signe de sa sortie : faire un coeur au lieu de sa résidence.
    Achap Des Puissances :
    Emplacement : milieu du front
    Signe de sa sortie : faire un cercle ou anneau au même lieu de sa résidence.

     Dans cette lettre le prêtre Grandier s'adresse à Louis XIII, dernier recours avant son exécution.

     

     

     

     

     


    "Sire,

    Voici deux points que je tâcherai de faire connaître à Votre Majesté le plus clairement que pourrait faire un homme qui est il y a sept mois dans les ténèbres.

    Quant au premier, je dis que ces filles ne faisant voir aucun des signes que l'Eglise demande pour témoigner la possession, je conclus qu'elles ne sont pas possédées.

    Le premier est parler en diverses langues, ou pour le moins les entendre. Ces Démons ne font ni l'un ni l'autre. Ils ont bien du commencement parlé Latin ; mais il faisaient de si lourdes fautes que les esprits les plus éclairés jugèrent bien qu'ils n'étaient de ces intelligences qui se perdirent pour trop savoir. Les exorcistes s'avisèrent de leur faire parler notre langue, parce que c'était celle-là qu'ils parlaient le mieux et qui leur était plus naturelle ; les Démons aiment la France, puisqu'ils veulent parler français.
    Mais pour excuser les silences de ces diables muets, quand on les interroge en grec ou en bon latin épuré qui n'est pas commun, ils répondent que c'est un pacte que j'ai fait avec eux.

    Le second signe ou la seconde marque de possession est d'élever en l'air les créatures possédées, ce que ces diables ne font pas, ni ne feront jamais, quelque commandement qu'on leur fasse.
    Ils ne feront non plus le troisième qui est de révéler des choses occultes, cachées, éloignées du sens humain. Ils ne savent que faire des grimaces, se coucher par terre, marcher ne écrevisses et autres petites sottises que j'ai honte d'entretenir Votre Majesté.

     


    Au reste, si on ne croit cette possession feinte, on est hérétique.
    Pour ce qui est de second point qui est que quand même ces filles seraient possédées, je ne suis pas la cause de la possession. Je le montre de cette façon : l'on ne peut présumer que par le témoignage du Diable, que je récuse comme faussaire ; si les hommes menteurs et reconnus pour tels ne peuvent pas être témoins, à plus forte raison le père du mensonge, qui prend plaisir de faire coupable de l'innocent ; que si l'on dit que la force des exorcismes les peut contraindre à confesser la vérité, je demande si c'est toujours ou seulement quelques fois.

    Les exorcistes de Loudun prenaient à tâche d'extorquer par commandement le témoignage de cet ennemi juré du genre humain contre mon intérêt. Et, ce qui est plus ridicule, ils usaient souvent de prières et de paraboles, de cajoleries, l'appelant généreux, savant, ami, et qu'en récompense, ils diminueront les peines imposées pour sa rébellion, peu s'en fallut qu'ils ne lui promissent de le retirer du lieu ou la divine justice l'a relégué pour éternité des siècles.
    Mais permettez moi Sire, que je découvre Votre Majesté leur procédé plus amplement, et elle connaîtra qu'il n'a pas été bon et qu'il a fort scandalisé les hérétiques de cette ville, car on a permis aux Diables de dire les paroles les plus lascives, les blasphèmes les plus exécrables, contre Dieu et la Vierge, qui aient jamais été ouïs.

    Je ne demanderais sinon qu'il plût à Votre Majesté députer deux docteurs de la Sorbonne pour juger de la vérité de la possession, et des bons juges pour examiner mûrement mon affaire. Si je suis coupable, je ne demande que des roues et les supplices les plus cruels. Si je suis innocent, il est raisonnable que mon innocence paraisse. Quoique je meure ou je vive, je serai en la mort et en la vie.

    Sire,
    De Votre Majesté le très humble, très obéissant, très fidèle et très affligé serviteur et sujet.

    Urbain Grandier"

     

     

     

     

     http://elifas.free.fr/grstory.html


    4 commentaires
  •  voici une chose incroyable qui avait été prédite par Nostradamus lui même je vous laisse lire l'article du figaro sur cette chose là:

     

     

    Un oiseau laisse choir un crouton de pain et c'est le grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN à Genève qui tombe en panne...Le volatile a en effet perdu sa pitance mardi dernier sur une installation électrique externe, provoquant une interruption du système de refroidissement. L'oiseau est, lui, sain et sauf mais il n'a peut-être pas mangé à sa faim.

    Le système de sécurité du LHC s'est mis en route et, une fois la panne identifiée, les secteurs concernés ont pu être refroidis à leur température de fonctionnement trois jours plus tard, pouvait-on lire lundi sur le site du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire).
    Selon l'institution, l'incident est comparable à une coupure d'électricité contre laquelle les systèmes de protection de la machine sont bien préparés. Il faut préciser que la température de fonctionnement de l'installation est proche du zéro absolu, soit moins 273 degrés Celsius.

    Cet incident intervient alors que le LHC devrait à nouveau être remis en service ce mois, à la moitié de sa puissance. Il devra ensuite être arrêté en 2010 afin de poursuivre les travaux permettant une exploitation à pleine puissance.

    L'accélérateur, un anneau de 27 kilomètres de circonférence à 100 mètres sous terre à la frontière franco-suisse, avait été mis en route le 10 septembre 2008, mais avait dû être arrêté 36 heures après, en raison d'une importante panne électrique. Le LHC est destiné à percer les mystères de la physique et aider les scientifiques à mieux comprendre l'univers et notamment détecter des traces de l'invisible "matière noire".

     

     

    si on gratte un peu j'ai crus comprendre qu'il s'agirait d'une chouette et si on connait un peu les chouettes on sait qu'elles ne mangent pas de pain et que le lhc se trouve sous terre!!!

     

    voici un extrais de ce qu'a dit la tsr: 

     Le 3 novembre 2009, un oiseau transportant une baguette de pain avait provoqué un court circuit sur une installation électrique extérieure alimentant les secteurs 7-8 et 8-1 du LHC. La situation est revenue à la normale quelques heures plus tard

    de plus en plus étrange car cet oiseau devait être bien costaud pour aller acheter un baguette entière et le faire tomber au bon endroit au bon moment.....

     

     

    ce petit animal à donc arrêter une machine infernale à lui tout seul et quelqu'un vient de me dire que Michel nostradamus en avait fait référence dans ses prophéties tiens à propos de ses prophéties voilà ce qu'il dit aussi et là je pense que nous avons du soucis

     j'arrive pas a faire rentrer le texte en entier sur mon bloc note alors allez le lire sur le lien suivant :

     

     http://www.bladi.net/forum/30634-nostradamus/

    alors que faire me direz vous ?? je n'ai pas de réponse je crois que la solution est en chacun de nous on y croit ou on y croit pas pour ma part je me tiens prête car une date reviens plus ou moins par les prédicateurs au premier aout de cette année; je termine juste en me disant que avec ou sans ça on ira tout de même au ciel un jour mais si je dois lancer un mot juste un mot c'est bien celui de la vie car si on nous la donner c'est pour la conserver le plus longtemps possible et si nos vies ont été sauver par un oiseau de nuit il y à quelques mois c'est surement pour nous ouvrir les yeux donc continuer à aimer la vie et la protéger car c'est souvent ce qu'on aime le plus que l'on chérie avec attention et dévotion. 

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique