• la lumière de Bethléem

     je vais consacré cette semaine a bethléem et son étoile du berger nous sommes encore loin de noel mais cette étoile à fait parler d'elle et au fur et à mesure de mes explications vous verrez qu'elle n'est pas si loin de nous 

    MAGAZINE Rois mages

    L’étoile reste mystérieuse

    Quelle était cette étrange étoile qui a guidé les Rois mages vers le lieu de naissance de Jésus? Depuis des siècles, des astronomes ont tenté des explications: certains évoquent une comète, une supernova ou une conjonction planétaire. Sans pour autant lever le mystère.

    .
    Deux ans après le passage de la comète de Halley, en 1301, Giotto la représente au-dessus de cette Nativité

     

    Dans l’Evangile selon saint Matthieu, nous trouvons la description suivante: «Des Mages venus de l’Orient se présentèrent à Jérusalem et demandèrent: “Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Nous avons vu, en effet son astre se lever...” (Mt 2;2-3). Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route; et voici que l’astre, qu’ils avaient vu à son lever, les devançait jusqu’à ce qu’il vint s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant» (Mt 2:9).
    Depuis des siècles, cette «étoile des Mages» est un des symboles de Noël. Mais quel est donc l’astre qui a guidé les Rois mages à la crèche? Qu’ont-ils vu, il y a plus de 2000 ans? Le mystère n’est pas éclairci. S’agit-il d’un véritable phénomène astronomique? Mais quel phénomène? Les logiciels astronomiques actuels peuvent-ils nous apporter un éclairage?
    De nombreux astronomes, dont Johannes Kepler (1571-1630), ont tenté une explication, mais aucune ne sera vraiment reconnue comme indiscutable. Un des problèmes rencontrés, et non des moin-dres, est la date exacte de la naissance de Jésus. Les historiens estiment qu’elle se situe entre l’an 7 et l’an 1 avant notre ère.
    Les Mages étaient des spécialistes de l’observation du ciel. Il est donc certain que ce n’est pas n’importe quel phénomène céleste qu’ils ont observé et suivi. L’astre en question pourrait donc être une comète, une supernova ou une conjonction planétaire. Ignorons volontairement l’étoile filante, phénomène trop éphémère et trop courant.

    Une comète?
    Les comètes sont parfois très brillantes et mystérieuses. Souvenez-vous de celle de Hall-Bopp, splendide, au printemps 1997. 
    Des astronomes chinois ont observé une comète en l’an 5 puis une autre en l’an 4 avant notre ère. Toutes deux apparaissent comme des candidates possibles. Mais revenons aux écrits de saint Matthieu: «L’astre qu’ils avaient vu les devançait...» Bien sûr, les comètes se déplacent sur le fond du ciel, mais très lentement! Pour qu’une comète devance nos braves Rois mages, il aurait fallu qu’ils marchent très très lentement, du style un pas en avant et dix en arrière!
    De nombreux peintres ont représenté des comètes dans des nativités. Curieusement, une comète avait été visible à l’époque de la peinture de l’œuvre ou juste avant. Ainsi, Giotto, en 1303, peint une nativité avec une comète. Celle de Halley avait été visible en 1301. Puis, Abraham Bloemaert, en 1623, peint une autre nativité et une comète. C’est à nouveau celle de Halley qui avait été visible, en 1607. Récemment, Jacques Rime a peint la comète Hall-Bopp au-dessus de la crèche que l’on trouve dans le livre L’Arche de Noël.
    Les étoiles de Noël et leur longue queue lumineuse représentent des comètes. On retrouve cette «étoile» sur les crèches, sur des vitraux d’église représentant la Nativité. Mais, malgré ces nombreuses représentations à la période de Noël et dans les nativités, il ne semble pas que la comète soit la candidate idéale.
    Une supernova est une étoile massive qui, ayant atteint un stade avancé de son évolution, explose. Elle devient alors 10000 à 100000 fois plus brillante. C’est comme si une nouvelle étoile apparaissait dans le ciel. Certaines supernovae ont été visibles en plein jour. Une supernova peut être observable de quelques jours à quelques mois tout en perdant peu à peu de sa luminosité. C’est un événement rare: on en compte trois par siècle dans une galaxie. De plus, du fait de l’éloignement, elles ne sont pas toutes visibles à l’œil nu. 
    Des astronomes chinois ont observé une supernova en mars et avril de l’an 5 avant Jésus-Christ. Elle a été visible environ 70 jours. Un temps qui paraît donc presque suffisant pour guider les Rois mages. Dans la peinture, chez Rubens par exemple, on retrouve aussi la représentation de ce phénomène, par ces astres qui déversent un cône de lumière sur la crèche.
    Mais, une supernova se déplace avec la voûte stellaire, comme une étoile normale. Etait-ce suffisant pour émerveiller les Rois mages? Kepler a été partisan de cette théorie. Mais comment alors expliquer le texte de saint Matthieu, «jusqu’à ce qu’il vint s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant»? Une supernova ne s’arrête pas...

    Une conjonction?
    Une conjonction planétaire se produit lorsque deux planètes, du fait de leur mouvement autour du Soleil, nous apparaissent comme très proches voire confondues. Ce phénomène n’est pas très fréquent ou même rare pour certaines planètes. Mais il est prévisible. 
    La recherche, sur nos logiciels actuels, des conjonctions entre Jupiter et Vénus de l’an 6 et de l’an 1 avant notre ère, nous apporte des faits très intéressants: 
    – En l’an 6 av. J.-C., le 13 février, les planètes Vénus et Jupiter n’étaient séparée que par 0,3°. Un degré (°) représente la largeur occupée dans le ciel par un doigt lorsque vous tendez le bras.
    – En l’an 2 av. J.-C., le 12 août, par 0,07°. 
    – En l’an 1 av. J.-C., le 17 juin, par 0,01° et finalement en l’an 0, le 21 août, par 0,09°.

    Ces trois dernières conjonctions semblent très intéressantes. De plus, en l’an 1 av. J.-C., le 26 août, Mars était en conjonction très serrée, 0,07° avec Jupiter. 
    N’oublions pas que Vénus et Jupiter sont les planètes les plus brillantes de notre ciel. Les écarts minimes des trois dernières conjonctions les laissaient apparaître dans le ciel comme une seule et même «étoile» très brillante.
    Jupiter bouge lentement sur le fond des étoiles. Ainsi la conjonction de l’an 2 av. J.-C. s’est produite alors que Jupiter se trouvait à l’est, sud-est. Lors de la conjonction de l’an 1 av. J.-C., elle se trouvait à l’ouest, nord-ouest. Ce sont donc les planètes Vénus et Mars qui sont venues rejoindre Jupiter, celle-ci poursuivant son chemin d’est en ouest. Est-ce ce va-et-vient de Vénus que les Rois mages ont suivi? Est-ce la marche de Jupiter qui a amené vers l’ouest les Rois mages venus d’Orient? De plus, le mouvement rétrograde des planètes peut donner l’impression à un observateur terrestre que la planète fait du surplace ou même qu’elle recule dans le ciel.

    Le mystère demeure
    On estime que quelque 250 articles scientifiques majeurs ont été consacrés, le siècle passé, à ce phénomène. Et tout cela pour quelques lignes de l’Evangile selon saint Matthieu. Lui seul parle de l’étoile qui guide les Rois mages et sa description de l’événement reste très vague. Bien que manquant de valeur scientifique, elle a un grand mérite: ouvrir la porte du rêve.
    Les planètes, les étoiles sont toujours là, source d’inspiration et d’émerveillement. Et l’étoile des Rois mages continue d’illuminer les yeux des enfants et des adultes, d’éclairer la nuit de Noël. N’est-ce pas là l’essentiel?

     En jetant un œil vers les étoiles en cette période de fêtes, on peut observer:

    – Saturne brille juste à côté de l’amas ouvert de la Crèche (M44).
    – Mars brille près des Pléiades.
    – Jupiter est visible le matin.
    – Vénus se couche en début de nuit avant de disparaître de la fin décembre pour réapparaître le matin à la mi-janvier.
    – Orion, les Gémeaux, le Cocher, les Hyades et les Pléiades trônent au SE en début de nuit.

     

     

     

          

     

    et oui la petite scheila n'etait pas si loin  de la vérité l'étoile n'a pas servi de guide qu'au rois mages ....suite prochainement 


  • Commentaires

    1
    Amande-la-bearded
    Jeudi 14 Octobre 2010 à 20:33
    magnifique article!
    vivement la suite
    bises
    2
    cieletenfer Profil de cieletenfer
    Jeudi 14 Octobre 2010 à 20:35
    merci amande cette étoile est vraiment spéciale elle a même eut des cultes de dévotion ce qui prouve bien que les anciennes religions vénéraient les astres et non le désastres comme le font actuellement tout les croyants de la terre
    3
    FRANCINE78
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 01:40
    Ton article est très intéresant, et le mystère demeure, Je me demande ce qu'on nous diras sur place en janvier car de Turquie nous irons une journée à Jérusalem et Bethléem, lieux sacrés par excellence.
    4
    cieletenfer Profil de cieletenfer
    Vendredi 15 Octobre 2010 à 07:39
    tu entame un joli voyage initiatique
    5
    charlene59
    Samedi 16 Octobre 2010 à 08:36
    oui cela reste un mystère mais c'est si beau !!!
    6
    cieletenfer Profil de cieletenfer
    Samedi 16 Octobre 2010 à 17:14
    merci charlene et bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :