• aujourd'hui  une amie à prise une photo de renoncule et à notre grande surprise un être étrange est sur la photo :

     


    5 commentaires
  • Le mythe des mondes souterrains

     

     



    Dans la littérature Sumérienne, l’Abzu est le monde souterrain, un endroit où se rejoignent les eaux souterraines. Abzu ou Apsû est aussi traduit par l’Abysse ou l’Abîme du monde, et est souvent assimilé au dieu des abysses. Sa décomposition en Sumérienne est AB-ZU où AB signifie « trou, ouverture et père », et ZU signifie « Connaissance, sagesse et savoir », ce qui donne « le trou de la connaissance (ou du savoir) » ou encore « la sagesse du père ». Dans la mythologie sumérienne, l’Abzu est la demeure du dieu Enki-Ea, et il est considéré comme la divinité de la sagesse et père de l’humanité.

    l’Abzu, monde des Abysses, où se rejoignent les eaux souterraines

    « L’apsû (ou abzu en Sumérien) est le nom du dieu de l’océan souterrain d’eau douce dans la mythologie sumérienne et akkadienne. Selon cette croyance, les lacs, sources, rivières, puits et autres
    points d’eau douce découlent tous d’Apsû.

    Le dieu Sumérien Enki (Ea en Akkadien) commença à vivre dans les eaux d’Apsû avant même que les êtres humains voient le jour. Sa femme Ninhursag, sa mère Nammu et une variété de créatures subordonnées y résident également. » (Source Wikipédia)

    Curieusement, on retrouve ces mêmes fonctions chez Osiris. Il est considéré comme le seigneur de la Douât.

    « La Douât est le lieu de séjour de Rê pendant les heures de la nuit. Par analogie, il s’agit du séjour des défunts après leur mort, en attendant qu’ils ressuscitent en même temps que le Soleil. Il s’agit d’un monde d’épreuves, divisé en douze heures. » (Source Wikipédia)

    Le voyage nocturne de Rê dans la Douât

    Comme l’Abzu, la Douât était le monde d’en bas, elle était le Nil souterrain. C’est pour cela que cet endroit est souvent associé au monde des morts, mais cela n’a certainement rien à voir, le monde d’en bas, des souterrains et des Abysses, avait très probablement une réelle existence. Beaucoup de légendes et croyances racontent qu’il existe un immense réseau de galeries secrètes sous le plateau de Gizeh, qui permettrait d’atteindre le monde d’en bas.

    Dans la mythologie Grec, Hadès et Héphaïstos, règnent sur les enfers et le
    monde d’en bas. Hadès est gouverneur du Tartare, l’endroit le plus bas du monde souterrain, la prison des Titans.

    « Dans la mythologie archaïque, Tartare est une divinité primordiale issue du Chaos. Il personnifie le Tartare, l’endroit le plus bas du monde souterrain : la distance du Tartare jusqu’à la terre était égale à celle qui sépare les cieux de la terre selon les Anciens. Il soutient en outre les fondements des terres et des mers. » (Source Wikipédia)

    Le Tartare, l'endroit le plus bas du monde souterrain, le domaine d’Hadès

    Dans la mythologie celtique, en Irlande, les Tuatha Dé Dânann sont des dieux, des déesses, des héros, des magiciennes qui maîtrisent le druidisme, le savoir et les Arts. Mais ils finissent par se réfugier dans le monde souterrain du Sidh (L’autre monde), pour échapper aux Milesiens (les premiers humains à avoir débarqué sur l’île).

    Beaucoup de mythologies anciennes relatent l’existence d’un monde souterrain, et contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ces lieux ne sont pas forcément dominés par des êtres maléfiques. Ils possèdent des connaissances secrètes impressionnantes, et sont souvent prêts à aider l’humanité.

    Les mondes souterrains regorgent de secrets extraordinaires

    Par exemple, dans l’épopée de Gilgamesh (le héro de la mythologie Sumérien), celui-ci raconte qu’il rendit visite à Utnapishtim, dans les entrailles de la terre, pour chercher la connaissance et l’aider à trouver l’immortalité.

    (Voir article : La quête de l’immortalité)

    Il est intéressant de noter que le père des Rosicruciens (la société secrète des Rose-Croix), Christian Rosenkreutz, était censé avoir découvert la connaissance secrète sous terre.

    Mais si ces mondes existent réellement, en dehors des légendes, mythes et contes de fées, il doit bien exister encore quelques traces de constructions souterraines, des entrées qui mènent peut être encore vers les entrailles de la terre.

    Il existe un superbe exemple de construction souterraine en Turquie, les restes d’un village (Derinkuyu, anciennement Méligud (Melegüp).

    Village souterrain en Turquie (Derinkuyu, anciennement Méligud (Melegüp)

    Sa taille est impressionnante, et le nombre de niveau est incroyable. L’ensemble des galeries pouvait abriter jusqu’à 50 000 personnes, mais étaient conçus pour accueillir 10 000 personnes en moyenne pour de longues durées. L’archéologue et historien Omer Demir, qui a travaillé sur ce site, pense que certaines partie daterait de la fin du Paléolithique (9500 à 9000 ans av JC). Ce qui est surprenant, c’est que les plus anciens niveaux font près de 2,10 mètres de haut, alors que les parties récentes sont moins hautes. L’ensemble du réseau n’aurait d’ailleurs pas été complètement découvert.


    1 commentaire
  •  

    cet automne j'ai rencontré cette arbre coupé je lui ai fais un visage avec du charbon de bois quand j'ai regarder la photo sur l'ordi voici ce que j'ai découvert ,son aura et dans sa bouche  la tête un magnifique dragon que je n'avais pas dessiner ....les êtres de la nature me surprendont toujours .

     

     


    votre commentaire
  • Une société sévillane s’est fait une spécialité de la transformation des cheveux… en diamants. Cette activité étonnante donne l’occasion à des proches de se créer un bijou unique avec une mèche d’une personne aimée, 

    La petite ville de Carmona est distante de quelque trente kilomètres de Séville. Dans sa zone industrielle, on trouve un modeste local sans aucune indication particulière. Elle abrite les bureaux de la société espagnole IrisGem, qui transforme les cheveux en diamants. Au Brésil, de l’autre côté de l’Atlantique, Edson Arantes do Nascimento – plus connu sous le nom de Pelé – se prépare à une expérience inoubliable pour les besoins d’un spot publicitaire d’IrisGem. La mèche de cheveux du roi Pelé envoyée auxlaboratoires d’IrisGem permettra de créer, grâce à des moyens technologiques appropriés, un diamant qui sera ensuite offert à dona Celeste, la mère du champion. IrisGem accomplit en quelques semaines un processus qui exige habituellement de la nature des millions d’années.



    Nos cheveux sont constitués en grande partie d’une protéine, la kératine, qui est composée en moyenne de 50 % de carbone. Les cheveux de Pelé ont été envoyés par courrier à Carmona, où Cristina Gastón, chimiste de formation, a réceptionné le pli. C’est elle qui supervise la partie administrative inhérente à la spécialité de l’entreprise : la création de “bijoux de la mémoire”, une activité tournée vers les agences funéraires européennes, mais aussi sud-américaines. C’est d’ailleurs du Brésil que proviennent les demandes les plus insolites. 



    José Luis López, ingénieur, nous explique la phase de quinze semaines qui sépare l’arrivée d’une mèche de cheveux à Carmona de la remise du diamant au client après la taille, effectuée à Anvers. “La phase la plus longue est bien évidemment celle de la formation des diamants dans nos laboratoires. L’aspect rustique de nos locaux est directement lié à la sécurité que requiert la technologie que nous utilisons ici, confesse-t-il.Imaginez qu’un proche d’un défunt nous demande de créer un diamant à partir de ses cheveux. En présence de la famille, une mèche est coupée puis envoyée sous scellés, avec un code, à notre société. Quand l’enveloppe nous parvient, tout le processus est filmé pour garantir l’authenticité du service à la famille. Les cheveux sont placés dans un four à haute température afin d’extraire le carbone. Ensuite, celui-ci est introduit dans une ‘machine de formation’du diamant à l’intérieur de laquelle la température atteint 1 500 °C sous une pression équivalente à 45 000 fois celle de l’atmosphère. Cela prend plusieurs semaines, le temps de cristalliser le carbone.” Ce qui rend unique ces diamants, outre le fait qu’ils soient synthétiques, “c’est la possibilité de choisir un des éléments, ajoute José López. Ils peuvent être de couleur ambre, jaune, verte, bleue ou blanche.” Une fois créé, le diamant est envoyé à Anvers pour la taille, elle aussi au choix du client : brillante (ronde), princesse (carrée à 76 facettes) ou radiant (rectangulaire). 



    Tout cela n’aurait pas été possible sans la présence du Russe Dimitri Bagriantiev, qui vécut sa jeunesse en Sibérie durant les folles années de la conquête spatiale, développant, entre autres, la technologie qu’on utilise aujourd’hui à Carmona. Les machines soviétiques étaient gigantesques, Bagriantiev a passé près de deux ans à reproduire cette même technologie à une échelle beaucoup plus réduite. 



    A Carmona, Jordi Raventós, le PDG de l’entreprise, est très optimiste :“Nous offrons quelque chose d’unique au monde. Nous allons consolider notre activité en Europe. Mais le Brésil est un marché prioritaire.” C’est du pays du roi Pelé que proviennent les sollicitations les plus extravagantes. “Nous avons déjà eu des demandes de diamants pour des poils de chien, de chat, de cheval ou de singe.” L’entreprise ne vit pas seulement des cheveux des morts bien que les agences funéraires soient ses principaux clients. Santos, le club où a joué Pelé, a passé commande de diamants pour célébrer la conquête du Brasileirão, le championnat brésilien. “Certaines équipes espagnoles, comme le FC Séville ou le Real Madrid, se sont montrées intéressées par la création de diamants à partir des cheveux de leurs joueurs”, affirme Jordi Raventós. Pour lui, les possibilités sont infinies : “Pour créer un diamant, il suffit d’avoir une mèche d’environ 1 gramme d’où l’on extrait approximativement 400 milligrammes de carbone. C’est-à-dire huit fois le carbone nécessaire pour faire un diamant.” Une idée qui vaut plus que son pesant d’or…

     


    votre commentaire
  •  

     
    Baguette de sureau
     
     
     
    SUREAU:
     
    C'est l'arbre dédié au signe de la Vierge, signe de terre. Pourtant son nom anglais est voué à Judas, Devil's wood en anglais ( arbre du démon...). C'est l'arbre des sorcières, il est leur refuge. Dans son bois, on taille une baguette magique très puissante.
     
    On dit que Judas s'est pendu à un sureau. Aussi les gens de la campagne s'en méfient; par contre, d'autres affirment que la foudre ne tombe jamais dessus. Ses fruits violets servaient autrefois à teindre la laine, de nos jours on en fait du vin que l'on trouve toujours sur les marchés de Londres; ses fruits participent à la fabrication du Ketchup.
     
    De nombreuses croyances sont liées au sureau. Dormir sous son feuillage donnerait des rêves érotiques et charnels, mais seraient payés d'affreuses nausées... Le sureau chasse les taupes, écarte les serpents et les maléfices des maisons autour desquelles il est planté. Sa graine ferait disparaître les verrues... Il ne faut jamais brûler du sureau dans l'âtre, les poules ne pondraient plus.
     
    On ne doit pas non plus frapper les bêtes avec une baguette de sureau, elles ne seraient plus bonnes à rien, les porcs même, en crèveraient ! Mais, en Normandie, en mettre quelques branches dans la litière leur assure une bonne santé.
     
     
    Dans l'Yonne, un sureau planté près d'une maison, indiquait que les habitants qui l'habitaient avaient "les bras creux "- comme la tige de sureau a de la moelle- c'est à dire, qu'ils étaient de mauvais ouvriers.
     
    Il a aussi la particularité de pousser très souvent le long des courants telluriques.
     
    Le fameux "bâton de voyageur" était très souvent fait de sureau. Ce bâton était un talisman auquel on a longtemps cru, peut-être à juste titre ? De vieux grimoires donnent la recette suivante:
    "Cueillez le lendemain de la Toussaint une forte branche de sureau que vous aurez soin de ferrer par le bas. Otez-en la moelle et mettez à la place les yeux d'un loup, la langue et le coeur d'un chien, trois lézards verts et trois coeurs d'hirondelles, le tout réduit en poudre à la chaleur du soleil entre deux papiers soupoudrés de salpêtre. Placez ensuite dans le coeur du bâton sept feuilles de verveine ramassées le jour de la Saint-Jean et une pierre de diverses couleurs qui se trouve dans le nid d'une huppe. Bouchez avec un pommeau de votre fantaisie et soyez assuré que ce bâton vous préservera des brigands, des chiens enragés et des animaux féroces. Vous bénéficierez aussi de la sympathie de ceux chez qui vous logerez". De nos jours chacun préférera les tours-opérators, plus faciles à négocier ...
     
     
    Autrefois, des branches de sureau placées sur les viandes et les poissons pendant les grandes chaleurs "tiraient" les mauvaises odeurs, et les mouches s'éloignaient. Aujourd'hui on peut tenter une curieuse expérience : une pomme mise dans une boîte en bois avec des fleurs de sureau prendra le goût de l'ananas.
     
    L'emblème de la ville de Quimper est constitué de 3 branches de sureau. La légende dit que lorsque celles-ci viendront à manquer, la ville disparaîtra sous les eaux.
     
    Au début du siècle, les cirques de puces eurent un certain succès. Les puces savantes jonglaient avec une balle faite de moelle de sureau !
     
    Les Arbres Mythes et Symboles, soleil natal
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique