• musée des vampires en Alsace

               Brûlées pour sorcellerie.

    Brûlées pour sorcellerie, 
    un musée évoque leur histoire...

     
    Des portraits d'habitantes de Bergheim accueillent 
    le visiteur de ce musée qui rend hommage aux 
    femmes brûlées pour sorcellerle dans ce village alsacien.

    ENTRE 1582 et 1683, quarante femmes furent torturées, jugées et brûlées A Bergheim près de Sélestat pour faits de sorcellerie. Quarante victimes de la peur de I'obscurantisme et de l'irrationel auxquelles le village alsacien veut rendre hommage.

    Des documents exceptionnels liés à l'histoire du village, étaient en effet conservés en mairie : les actes originaux de ces 40 procès et la condamnation de catherine Bassler ou de margareth Mowell et de leurs concitoyennes pour emir pactisé avec le diable.

    Les minutes sont rédigées en vieil allemand. Le baillage, regroupant Bergheim, sa voisine Rorschwihr et une partie de Rodern dépendait en effet de l'Autriche et de la maison des Habsbourg.

    L'an dernier est enfin née une "Maison des procès de la sorcellerie". L'espace, encore modeste - seul le rez-de-chaussée est ouvert -, se veut un lieu d'exposition et de recherches "sur les procès et sur une époque troublée, marquée, dans toute l'Europe par la chasse aux sorcières", explique Armand Peter, membre de fa Société d'histoire locale.

                Devenir cendres.

    "Jeunes, vieilles, riches ou pauvres, n'importe quelle fernme pouvait être touchée" par la vindicte, poursuit Armand Peter. "Un fait mineur ou Irrationnel comme un Juron contre l'église précise Germaine Braun, institutrice et membre de la société d'histoire, un précepte religieux non suivi, mais aussi une mauvaise récolte, un enfant qui mourait lots de l'accouchement, suffisaient pour déclencher la rumeur" qui, inéluctablement entraînait la condamnée sur le bûcher.

    Les moindres détails des procès se trouvent consignés dans les précieux documents : de la plainte du bailli, représentant la maison d'Autriche, aux aveux toujours extorqués sous la torture. "Les fernmes divaient avouer leurs rapports Intimes avec le diable, raconter leur mariage avec lui, décrire Ies cérémonies et dénoncer celles qui y avaient assisté" poursuit Mme Braun. 
     

    "Mit dem feuer, von Leben zum Todt gericht."

    La sentence s'abattait alors: "Mit dem feuer, von Leben zum Todt gericht." : " elle doit passer de la vie à la mort par le feu et devenir cendres". Un travail exécuté par le bourreau arrivé,de Colmar sous solide escorte.

    Le musée de Bergheim abrite aussi un livre publié en latin par un moine bénédictin de Sélestat, Henri Institoris, sous le titre "Malleus Maleficorum".  "Ce manuel, véritable traité destiné aux juges pour débusquer les cas de sorcelerie sera pendant deux siècles un véritable best-seller dans toute l'Europe.", assure M. Peter.

    En s'appuyant sur ce traité, les juges condamnèrent des milliers de femmes au bûcher.

                       Adresse/Contact. 
     

    Musée de la sorcellerie 
    rue de l'église 
    68750 Bergheim 
    France

    Horaires d'ouverture:

    juillet-août, du mercredi au dimanche : 14h -18h 
    jusqu'au 1er novembre les dimanches et jours fériés de 14h30 à 18h30 
    mêmes horaires du 1er Mai au 30 Juin

                        Revue de presse.

      
     

    Au bal des sorcières

                   En Alsace, les sorcières ont toujours joué un grand rôle dans l'histoire locale.A Bergheim, elles ont leur musée. A Rouffach, leur fête et leur élixir et à Orschwihr leur bûcher. La maison de la sorcière de Bergheim se veut un lieu interactif qui regroupe en ses murs ancestraux, en fait l'ancienne école de garçons construite en 1550, une exposition consacrée à la sorcière et aux procès de sorcellerie jugés à Bergheim entre 1582 et 1683. Une idée originale, qui a fait son chemin sous l'impulsion de la Société d'histoire de Bergheim. D'entrée, le visiteur est frappé par une série de portraits en pied : des regardsperçants, des coups d'oeil troublants, juste pour expliquer comment, pour un simple regard, on pouvait être jugé pour sorcellerie à Bergheim. Les femmes qui ont posé ici sont loin d'être des sorcières. Et elles ne finiront pas sur le bûcher. Mais leurs expressions donnent le ton. A Bergheim, on n'a pas toujours plaisanté avec le sujet.Le musée de la sorcière, ouvert en juillet et août du mercredi au dimanche, de 14 h à 18 h, propose une animation vidéo sur le procès en sorcellerie de Catherine Bassler : condamnée, elle est morte avec la clémence du baillis de l'époque : elle a été décapitée avant d'être brûlée sur le bûcher. Mais le musée de la Sorcière dispose également d'un plan-relief de la ville et de ses remparts et de pas mal d'archives sur son riche passé.Germaine Braun, membre de la Société d'histoire locale, a fait de nombreuses recherches dans les archives communales pour remettre au jour l'histoire chargée de Bergheim au XVIe siècle.



      


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jack35
    Mardi 17 Avril 2012 à 17:17
    J'avais fait des recherches sur un procès en sorcielrie en Ardèche et cela devenue très vite passionant de voire  les documents de lépoque et de de la terrible chronologie des investigations avec la torture jusqu'au jugement de la condanation qui a été le bûcher. j'aurais bien été faire une viste à ce musée, mais c'est un peu loin de chez moi, merci  cieletenfer pour cette info  ;-)
      • cieletenfer Profil de cieletenfer
        Mardi 17 Avril 2012 à 21:15
        ben qui sait un jour ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :