• saint Antoine et l'extraterrestre

    OVNI ET EXTRATERRESTRES

     


    LES RACES ETRANGES VENUES DU CIEL
    Sylphes, goules, fées, satyres, lutins, faunes, démons, 
    fantômes, succubes et incubes, semblent avoir hanté l’imagination des hommes du Moyen Age. « Des goules et des fantômes et 

    des bêtes bottées, Et des choses qui sautent dans la nuit, Dieu bon ! Délivre-nous ! » Des litanies comme celle que nous venons de citer sont fréquentes à cette époqueet traduisent admirablement la peur, l’anxiété que suscitent ces êtres étranges venus d’un Ailleurs indéterminé, d’un « monde hors de notre monde », selon l’admirable formule de Marc Bloch, le médiéviste bien connu. S’agit-il là d’Extraterrestres ?
    Quant aux innombrables phénomènes célestes relatés par les chroniqueurs de ce temps-là, peut-on les considérer comme des OVNI ou comme des manifestations dues à des êtres del’espace ? Les ufologues actuels n’hésitent pas à l’affirmer : «
    Le Moyen Age
    , écrit
    RaymondDrake
     
     

    ,
    a été l’une des périodes les plus riches en apparitions extraterrestres. Nous devonslire les chroniqueurs médiévaux avec un regard neuf.
    »
    SAINT ANTOINE RENCONTRE, DANS LE DESERT, UN EXTRATERRESTRE
    « La face du ciel, écrit
    Pierre Boaistuau
    en 1575, a été si souvent défigurée par des comètes barbues et chevelues, des torches, des flammes, des colonne, des lances, des boucliers, desdragons, des lunes, des soleils multipliés et d’autres choses du même genre que, si l’on voulaitconter en bon ordre les phénomènes survenus depuis la naissance de Jésus-Christ, etrechercher les causes de leur origine, la vie d’un homme n’y suffirait pas. » Les chroniques duMoyen Age sont, en effet, remplies de manifestations paranormales extrêmement intrigantes.Le premier récit significatif à cet égard, se trouve dans une hagiographie médiévale anonymeconsacrée à saint Antoine, né en Egypte et fondateur du monachisme chrétien, qui vécut troiscents ans après Jésus-Christ. Au désert, saint Antoine fit la rencontre d’un être étrange, de petite stature…« Peu après, dans une vallée petite et rocheuse fermée de tous côtés, il voit un nain au groinreniflant, avec des cornes sur la tête et des extrémités fourchues comme celles des chèvres. A
     
     


    cette vue, Antoine, comme un bon soldat, saisit le bouclier de la foi et le casque del’espérance : la créature néanmoins lui offrit le fruit du palmier pour le sustenter le long deson voyage et comme sorte de gage de paix. Antoine, voyant cela, s’arrêta et lui demanda quiil était. La réponse qu’il reçut fut celle-ci :«
    Je suis un être mortel et un des habitants du Désert de qui les Gentils abusèrent en lesdésignant dans un culte erroné de formes variées sous les noms de Faunes, Satyres et Incubes. Je suis envoyé pour représenter ma peuplade. Nous vous prions de solliciter à notreintention la faveur de votre Seigneur et le nôtre, qui, nous l’avons appris, vint une fois pour sauver le monde, et dont la voix a pénétré toute la terre.
    »« Comme il (le satyre) prononçait ces mots, les larmes ruisselèrent sur les joues du vieuxvoyageur (saint Antoine), témoins de son émotion profonde, et qu’il versait dans la plénitudede sa joie. Il se réjouissait de la gloire du Christ et de la destruction de Satan, et s’émerveillaitde pouvoir, pendant tout ce temps, comprendre le langage du satyre, et, frappant le sol de son bâton, il dit :«
    Malheur à toi, Alexandrie qui, au lieu de Dieu, as adoré des monstres ! Malheur à toi, villede prostitués, dans laquelle se ruent ensemble les démons du monde entier. Qu’avez-vous àdire maintenant ? Bêtes qui parlez du Christ, et vous qui, au lieu de Dieu, adorez lesmonstres…
    » « Il n’avait pas fini de parler que- comme si elle avait des ailes- la créaturesauvage s’enfuit au loin. » « Que personne n’ait de scrupule de croire cet incident ; sa vérités’en trouve affirmée par ce qui se passa quand Constantin fut sur le trône, affaire dont lemonde entier fut témoin. Car un homme de ce genre fut amené vivant à Alexandrie et montréau peuple comme un merveilleux spectacle. Plus tard, pour empêcher que son cadavre ne pourrisse par la chaleur, on le conserva dans le sel et il fut emmené à Antioche pour quel’Empereur puisse le voir

  • Commentaires

    1
    Heidi
    Lundi 17 Septembre 2012 à 06:53
    Depuis la nuit des temps, l'homme à toujours vu des créatures différentes d'eux, c'est peut-être un être humain mal formé, j'y pensais à la lecture. Doux  lundi et belle semaine, prends bien soin de toi, doux bisous♥
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :