• un extrais du livre de gitta

     « Ce que je sais sur les Anges »

     Les commentaires de Gitta Mallazs sont en italiques, la lettre L. Signifie que la question est posée par Lili. Les textes sans autre mention émanent directement de l'ange, les capitales signalant un moment d'intensité particulière. 



    Lili: Pouvons-vous quelque chose contre les horreurs de la guerre ?
    Lili est arrêtée net par un geste fulgurant de défense.

    - NON ! LA GUERRE EST L'HABITUEL.
    IMPOSSIBLE DE LUTTER CONTRE LE PASSE.
    TOURNEZ-VOUS VERS LE JAMAIS-ENTENDU !

    Je comprends que seule la Force nouvelle à venir peut transformer le vieil instinct de tuer. 

    Tu te mens encore.
    Le mensonge est peur.
    Mais tu n'as pas de raison d'avoir peur.

    Sois attentive !
    Le chemin n'est pas pesant...
    Sois légère !
    (...)
    Si c'est pesant pour toi, tu t'égares.

    La ville est coquille vide,
    elle n'est plus, elle est malédiction pétrifiée,
    même sa poussière est malédiction,
    car rien n'y pousse.


    Je vais te dire un secret :
    La LUMIERE est la même que la lumière,
    seule l'intensité est différente.


    JE NE SUIS PRESENT QUE DANS LA JOIE.

    Le vrai sentiment est immobile,
    IL AIME TOUT ET RAYONNE.


    Chacun est responsable de sa propre voix.
    Ainsi elle ne peut pas être fausse.
    Le Destructeur ne peut pas s'y glisser -
    Seul dans le faux il le peut.


    LA PAROLE EST PORTEUSE DE LUMIERE.
    LA PAROLE VRAIE A SON POIDS.
    LA PAROLE MENSONGERE EST SANS POIDS.
    Le Destructeur se réjouit de la faille,
    lui, le père de tous les mensonges,
    il effrite, démolit.
    Ce n'est pas la violence qui détruit les murs,
    mais le mensonge.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :